-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les enseignants du primaire haussent le ton : Grève cyclique de trois jours par semaine

Les enseignants du primaire haussent le ton : Grève cyclique de trois jours par semaine

Après l’échec de leur rencontre avec les représentants du ministère de l’Education autour de leur plateforme de revendications, la coordination des enseignants du primaire a menacé de durcir son mouvement de grève. Elle annonce une grève de trois jours par semaine à partir du 18 novembre, au cas où les revendications des enseignants ne seraient pas prises en charge.

Les enseignants qui se sont retirés de la réunion, une demi-heure après sa tenue, affirment ne pas trouver un terrain d’entente avec le représentant de la tutelle sur leur plateforme de revendications, qui comprend 13 points. Ils exigent, par ailleurs, une rencontre avec le ministre Belabed, et au cas où le dialogue et les conditions préalables ne seraient pas acceptés, ils menacent d’observer une grève ouverte et de boycotter les examens du premier trimestre.

Le ministère avait promis d’améliorer les conditions de travail des enseignants du primaire, en organisant des ateliers pour recenser les problèmes auxquels ils font face. Mais rien de concret sur le terrain.

En ce qui concerne le décret exécutif n ° 12/240 contenant le statut principal des corps communs de l’éducation nationale, le reclassement, l’augmentation des salaires et la réduction de la taille horaire, le ministère a refusé de discuter de ces dossiers sous prétexte que, revêtant un caractère purement professionnel, il n’a pas les prérogatives de le faire avec un collectif non agréé.

Regroupés au sein du collectif des enseignants libres du cycle primaire (sans couverture syndicale), ces derniers ont entamé une grève nationale cyclique, observée chaque lundi, qui est à sa sixième semaine consécutive, accompagnée par des sit-in devant les directions de l’éducation des wilayas et l’annexe du ministère de l’Éducation aux Anassers (ex-Ruisseau) à Alger, afin de faire pression sur la tutelle pour satisfaire leur plateforme de revendications. Cette dernière tourne autour de l’amélioration de leurs conditions de travail à travers la mise à leur disposition de l’ensemble des moyens pédagogiques nécessaires, mais aussi des manuels et des livres scolaires pour chaque niveau. Ils ont aussi réclamé l’uniformisation des fiches techniques et des approches pédagogiques pour les manuels scolaires de tous les niveaux du cycle primaire. Aussi, ils ont revendiqué la limitation des missions des enseignants du primaire au volet pédagogique uniquement et de les dispenser des séances de l’éducation sportive ou de surveillance des élèves. Les protestataires ont aussi réclamé la « sécurisation » des écoles primaires et l’instauration d’une journée pour la réception des parents d’élèves, afin d’éviter l’anarchie au sein des établissements.

Par ailleurs, ces enseignants, qui ont aussi observé une journée de grève hier, ont réclamé l’application du décret du mois d’octobre 2014 portant sur la promotion des enseignants du cycle primaire à la 12e catégorie, en plus de la réduction des heures de travail et de l’abrogation de la note les obligeant à assurer des cours de soutien dans les établissements. Enfin, ils ont dénoncé la surcharge des classes dans ce palier ainsi que la non-prise en charge de leurs doléances au niveau des établissements scolaires.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email