-- -- -- / -- -- --
MENASahel

Les Émirats arabes unis déroulent le tapis rouge à Bachar Al-Assad

Les Émirats arabes unis déroulent le tapis rouge à Bachar Al-Assad

Reçu à Abou Dhabi vendredi 18 mars, le président syrien effectuait sa première visite dans un pays arabe depuis 2011. Une initiative qui intervient grâce aux efforts diplomatiques algérienne en prévision de la tenu du sommet de la Ligue arabe pour lequel la Syrie est conviée.

Le président syrien, au ban du monde arabe depuis une décennie, a été reçu par le dirigeant de facto des Émirats, le prince héritier d’Abu Dhabi, Mohammed ben Zayed, pour discuter des “relations fraternelles” entre les deux pays, selon l’agence émiratie Wam.

Les deux hommes ont évoqué “la coopération et la coordination entre les deux pays frères” en vue de “contribuer à la sécurité, la stabilité et la paix dans le monde arabe et au Moyen-Orient”, ajoute-t-on de même source.

La Syrie avait été exclue de Ligue arabe dès la fin 2011 en plein  guerre civile dans le pays. En février 2012, les Émirats et les cinq autres pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) avaient annoncé le retrait de leurs ambassadeurs de Syrie.

Mais fin 2018, Abu Dhabi, qui assume de plus en plus ses positions divergentes sur la scène diplomatique, avait rouvert son ambassade à Damas, alors que la question du retour de la Syrie dans la Ligue arabe continue de diviser.

Le ministre émirati des Affaires étrangères, le cheikh Abdallah ben Zayed Al-Nahyane, avait rencontré en novembre dernier le président syrien à Damas lors de la première visite effectuée par un haut responsable de cette monarchie du Golfe depuis le début de la guerre en Syrie en 2011.

Bachar al-Assad, qui a achevé sa visite en fin de journée vendredi, y a également rencontré Mohammed ben Rached al-Maktoum, le dirigeant de Dubaï, l’autre grand émirat du pays où il avait atterri plus tôt.

“La Syrie est un pilier de la sécurité arabe. La stabilité en Syrie est une bonne chose pour tout le monde”, titre le quotidien émirati Al-Bayan au lendemain de la visite surprise du dictateur syrien Bachar Al-Assad à Abou Dhabi, la capitale des Émirats arabes unis, hier vendredi 18 mars.

Les deux hommes forts des Émirats arabes unis, Mohamed ben Zayed (surnommé MBZ) et Mohamed ben Rached – respectivement à la tête d’Abou Dhabi et de Dubaï – lui ont réservé un accueil ostensiblement chaleureux, vantant les “relations fraternelles” entre les Émirats et la Syrie, ainsi que les perspectives “de coopération entre les deux peuples frères”.

Les responsables émiratis ont fait part à leur homologue de “leurs vœux sincères pour la paix, la sécurité, la stabilité et la prospérité” en Syrie, rapporte également Gulf News, un quotidien anglophone de Dubaï, sans un mot pour les crimes de guerre du régime de Damas, ni pour les destructions, les millions de réfugiés et les centaines de milliers de morts qu’il a provoqués depuis onze ans.

Le voyage intervient pourtant trois jours après la date anniversaire du 15 mars 2011, début de la répression contre la révolution syrienne.

“C’est la première visite de Bachar Al-Assad dans un pays arabe depuis le début du soulèvement du peuple syrien en 2011”, souligne pour sa part le site qatari Al-Araby Al-Jadeed.

Lors de sa récente tournée dans les pays arabes, le chef de la diplomatie algérienne Ramtane Lamamra avait plaidé auprès de ses homologues arabes l’option du retour de la Syrie au sein de la Ligue arabe.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email