-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les émiratis et le bon cap algérien

Les émiratis et le bon cap algérien

Dix accords de partenariat, négociés en avril dernier à Abou Dhabi, relatifs à divers domaines d’activité, ont été signés hier entre l’Algérie et les Emirats arabes unis (EAU), au cours du 2e Forum d’investissements algéro-émirati ouvert lundi à Alger.

Le vice-président du Conseil des ministres et ministre des Affaires présidentielles des Emirats arabes unis, Cheikh Mansour Zayed Al Nahyan, s’est déplacé spécialement d’Abu Dhabi pour assister à la cérémonie de conclusion de ces accords, qui ciblent plusieurs secteurs dont l’agriculture, les énergies renouvelables, le tourisme, la santé et les transports.

Durant sa visite en Algérie, Cheikh Mansour Zayed Al Nahyan a rencontré plusieurs membres du gouvernement. 

La signature de dix accords de partenariat témoigne des bonnes relations économiques entre les deux pays. A cette occasion, le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdeslamn Bouchouareb, a mis en déclaré que le cadre institutionnel entre l’Algérie et les Emirats arabes unis est « global et intégré », avant de mettre en exergue « la nécessité de réactiver tous les mécanismes pour valoriser les potentialités en vue d’exploiter aux mieux les opportunités offertes en temps réel ».

Parmi les secteurs offrant des opportunités de projets de partenariat, M. Bouchouareb a cité la pétrochimie, la mécanique, les dérivés du pétrole, les produits pharmaceutiques, l’Agriculture et l’agroalimentaire.

M. Bouchouareb a appelé à prospecter d’autres opportunités d’investissement en coopération avec des partenaires algériens.
« L’Algérie compte beaucoup sur la capacité d’investissement de vos entreprises et nous insistons sur l’importance de développer les relations industrielles d’autant que les opportunités offertes sont grandes pour lancer de nombreux projets communs ».

La semaine passée, lors de la visite du Premier ministre Abdelmalek Sellal en Arabie saoudite, de nombreux projets d’investissements ont été signés pour une valeur de dix milliards de dollars. 

Le président du Conseil des chambres de commerce et d’industrie saoudiennes, Hamdane Assamrain, a promis de négocier des projets concrets dans les domaines de la santé, de l’éducation, de la formation professionnelle, de l’agriculture, du tourisme, de l’artisanat, des mines, des transports maritime et aérien, de l’habitat, des banques et des douanes.

Il est question désormais de procéder à la création de la société algéro-saoudienne de transport maritime et de la banque algéro-saoudienne pour le financement de projets d’investissements. Les investisseurs saoudiens veulent utiliser l’Algérie pour l’accès aux marchés africain et européen. Et pour sceller définitivement la réconciliation algéro-saoudienne.

Le royaume saoudien a ordonné à la compagnie aérienne Saudi Airlines de revenir officiellement à Alger. Quatre vols hebdomadaires ont été programmés par Saudi Airlines en provenance de Djeddah.

Cette compagnie aspire, à travers la reprise de ses vols réguliers à faciliter le transport des hommes d’affaires et opérateurs économiques des deux pays en vue de contribuer à promouvoir la coopération économique bilatérale.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email