-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les écoliers de Ghardaia ou le fardeau du cartable

Les écoliers de Ghardaia ou le fardeau du cartable

L’épreuve imposée aux petits écoliers, chaque jour, par la charge d’un cartable trop plein de livres et de cahiers et qui doivent parcourir souvent de longues distances quatre fois par jour, pour atteindre leur école, n’est pas sans incidence sur leur santé.

Certaines déformations de la colonne vertébrale sont irréversibles. Si avant, une ardoise et un bout de craie étaient suffisants, aujourd’hui, c’est loin d’être le cas.

Les petits élèves des première et deuxième années du primaire sont obligés de porter un cartable de plus de 10 Kg. Des cartables trop lourds qui finissent par peser sérieusement sur la santé de ces petits écoliers.

A partir des prochaines vacances scolaires, l’association des parents d’élèves de l’école primaire « Cheikh Saïd-Kerbouche-Belghanem », en collaboration avec certains kinésithérapeutes rééducateurs de la ville, lancera une campagne intitulée « Mieux prévenir que guérir « . 

Ces kinésithérapeutes proposeront gratuitement des bilans de prévention aux enfants du primaire. « Une précédente campagne, en 2011, avait en effet révélé que 60 % des élèves admis en première année de collège s’étaient plaints de douleurs dorsales au moins deux fois au cours de l’année scolaire », indique le directeur d’un collège.

Des douleurs dues au poids excessif du cartable, mais aussi aux mauvaises postures et au manque d’activité physique. De nos jours, le poids d’un cartable représente environ 20 % du poids de l’élève, alors qu’il ne devrait pas excéder 10 % de celui-ci « , précise un médecin, généraliste et spécialiste des maladies des enfants. « Par le passé, nous avons beaucoup insisté sur cet inconvénient, mais de personne ne s’en préoccupe », a-t-il expliqué.

Cependant, les bilans prochainement réalisés permettront de déceler les troubles morphologiques et posturaux nécessitant un suivi particulier, et d’élaborer des programmes de prévention afin d’éviter aux petits écoliers des douleurs dorsales.

« Nous donnerons des conseils aux parents d’élèves comme celui d’acheter des cartables conformes au gabarit de l’enfant, de choisir un modèle classique à larges brettelles ne dépassant pas la largeur de son dos, qu’il le porte sur les deux épaules et le plus haut possible, et également de veiller à la maison sur les mauvaises habitudes qui doivent être combattues dès le plus jeune âge, et inciter l’enfant à pratiquer une activité physique qui contribuera à muscler son dos et qui lui évitera des douleurs futures….

Ainsi, en prévenant les problèmes de dos dès le plus jeune âge, on peut agir contre les douleurs chroniques de l’adulte. En espérant que cette prochaine campagne interpellera aussi les responsables de l’éducation nationale, et les pouvoirs publics de Ghardaïa en particulier. Histoire de leur dire qu’il vaut mieux prévenir que guérir.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email