-- -- -- / -- -- --
Nationale

«Les difficultés financières peuvent être dépassées»

«Les difficultés financières peuvent être dépassées»

Le ministre des Finances, Abderrahmane Benkhalfa, a présidé une réunion d’échange et de travail avec les cadres du secteur des finances, les investisseurs et les opérateurs économiques de la wilaya de Béjaïa, lors d’une visite qu’il a effectuée dans cette wilaya avant-hier.

Le ministre a assisté, par ailleurs, à la commémoration du 8 mai 1945, dans la commune de Kherrata. Cette visite, a-t-on précisé, « s’inscrit dans le cadre du suivi de la mise en œuvre du programme de modernisation des services extérieurs du ministère des Finances ».

Après sa réunion avec les opérateurs et les cadres de son secteur, M. Benkhalfa a procédé à l’inauguration d’un centre des impôts, comme il a visité les installations de certains services extérieurs du ministère des Finances afin de s’enquérir des progrès enregistrés en matière d’amélioration dans l’accueil des citoyens, et ce dans le cadre du rapprochement de l’administration et du citoyen.

 Le ministre des Finances a donné le coup d’envoi des travaux du 5e congrès des commissaires aux comptes, organisé au campus Aboudaou.

« Je suis venu commémorer les évènements du 8 mai 1945 avec les habitants de la région », a-t-il déclaré, avant d’ajouter, au sujet de la crise financière qui guette le pays suite à la chute du prix du pétrole : « Nous faisons face à des difficultés que vous connaissez bien, mais celles-ci sont assurément surmontables et peuvent être dépassées par le travail et l’effort. »

De son côté, le premier secrétaire national du FFS, Mohamed Nebbou, a rappelé, dans un meeting qu’il a animé à la salle des fêtes de Kherrata, que « le sacrifice de la génération du 8 mai 1945 impose à chaque génération un serment à la hauteur de ce legs ».

Le FFS, selon lui, « reste fidèle au serment du 1er novembre 1954 et à la plate-forme de la Soummam ». Il a plaidé en faveur de « la poursuite de la lutte pour la liberté et la souveraineté nationale et populaire dans le cadre de l’Etat de droit démocratique et social ».

Mohamed Nebbou a estimé que « ce serment est un avertissement aux amnésiques et autres hypocrites ou révisionnistes qui croient venu le moment de tous les renoncements et de tous les détournements ». Il a ajouté que cette date « doit rester gravée à jamais dans la mémoire des Algériens comme un moment fondateur de l’éveil des consciences face aux mensonges des discours colonialistes ».

Le responsable du FFS a souligné qu’« en ces moments très difficiles que traverse notre pays, nous nous interdisons toute régression car nous sommes un peuple qui a puisé dans la volonté, le courage, la détermination et le sacrifice de ses enfants la force nécessaire pour reconquérir son pays, sa liberté, sa dignité ». 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email