-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les dépenses de logement plombent la consommation

Les dépenses de logement plombent la consommation

Une récente étude de l’Office national des statistiques (ONS), nous apprend que les ménages dépensent une moyenne de 21% du budget familial pour les frais et charges du logement, soit quelque 900 milliards de DA annuellement. Les résultats de cette enquête, menée en 2011, montrent que chaque ménage a dépensé 146 133 DA en moyenne durant cette année, soit 12 178 DA mensuellement pour assumer les frais et charges de son logement.

La part des loyers et charges dans la dépense des ménages reste « très élevée » quel que soit le milieu de résidence, note l’enquête qui précise que quel que soit le sous-groupe de produits, la dépense augmente avec le niveau de vie.

Dans le milieu urbain, la dépense est passée de 130,4 mds DA à 703,8 mds DA , tandis que dans le milieu rural, elle a augmenté pour atteindre 211,7 mds DA en 2011 contre 77,17 mds DA en 2000. Au niveau national, les ménages qui habitent des villas ou étages de villas ont la dépense mensuelle moyenne la plus élevée soit 14 690 DA (hors loyer) suivis des ménages résidant dans des immeubles avec 12 829 DA.

Les populations issues de ces deux types d’habitat enregistrent toujours les dépenses les plus élevées de leur milieu mais seuls les habitants du milieu urbain dépassent la dépense mensuelle moyenne nationale.

Les dépenses des familles habitant des maisons traditionnelles (Haouch) et celles des constructions précaires dépensent une moyenne mensuelle respective de 8 670 DA et 4.409 DA. Les frais mensuels des ménages sont toujours plus élevés dans le milieu urbain et dépassent la moyenne nationale pour tous les ménages de trois personnes et plus. 

L’enquête, qui a concerné 900 produits que compte la nomenclature des biens et services, a duré une année entière sur le terrain afin de prendre en charge les effets de la saisonnalité de la consommation et a porté sur un échantillon de 12 150 ménages ordinaires.

Le secteur du logement en Algérie s’est renforcé récemment grâce à la livraison de près de 2,7 millions de logements. Le parc de logements en Algérie est passé de 5 416 331 unités en 2000 à 8 040 932 en 2013, soit plus de 2.600 000 logements de plus. En outre, l’Etat a mobilisé, durant la même période, plus de 300 milliards de dinars pour financer des projets d’amélioration urbaine, tandis que 448 milliards de DA ont été consacrés aux études techniques et à la réduction du déficit enregistré en matière d’infrastructures vitales au niveau des cités et des villes.

Durant la période 2009-2013, le nombre total de logements réalisés est de 950.981 unités. Ils sont répartis en 322.477 logements publics locatifs (LPL), 137.574 logements sociaux participatifs (LSP), 18.448 logements location-vente (LV) et 472.482 logements ruraux. Les prévisions retenues pour l’année 2014 sont arrêtées à 371.084 logements.
Enfin, il y a lieu de souligner que les ménages attachent une importance particulière à la question du logement.

Ce qui explique le fait que l’épargne des ménages va au logement via les différentes formules initiés par l’Etat pour l’accession à la propriété immobilière : AADL, LSP, logement rural et LPP. Ceci explique également et dans une large mesure la stagnation, voire le recul, du marché de l’automobile en Algérie, la priorité des épargnants étant toujours orientée vers l’immobilier. Ceci impacte fortement la consommation des ménages.
 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email