Les défis sécuritaires en Afrique : Appel à renforcer le front intérieur – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Les défis sécuritaires en Afrique : Appel à renforcer le front intérieur

Les défis sécuritaires en Afrique : Appel à renforcer le front intérieur

Comment renforcer le front intérieur en Algérie? Comment faire face aux défis sécuritaires et les menaces qui pèsent sur la souveraineté nationale ? Des chefs de partis politiques, d’officiers supérieurs des corps de sécurité, des chercheurs universitaires, des députés de différentes obédiences ont tenté de débattre cette équation, en la mettant dans une optique plus large, lors d’une journée parlementaire organisée ce lundi par l’Assemblée populaire nationale.

Inscrit sur le thème « Algérie et Afrique: opportunités et défis », cette rencontre a permis aux participants de lancer un appel pour renforcer le front intérieur pour faire face aux différents défis sécuritaires, tels que le terrorisme transfrontalier, le grand banditisme et la criminalité organisée, notamment dans un continent en proie à des crises de toutes sortes et d’instabilité chronique sur le plan politique. D’autant que l’Algérie est fortement lié géopolitiquement aux Etats du continent, notamment avec les pays du Sahel.

Les intervenants ont plaidé pour « la conjugaison des efforts de tous et le renforcement du front intérieur pour faire face aux défis sous toutes leurs formes ».

S’agissant du rôle de l’Armée nationale populaire (ANP) dans la mise en œuvre de la stratégie de l’Algérie face aux menaces sécuritaires à ses frontières, le colonel Mustapha Merah a estimé que « le développement du système de défense nationale pour qu’il puisse protéger la souveraineté nationale exige des efforts concertés de tous les secteurs nationaux, ainsi qu’un front fort et unifié prêt à protéger la patrie contre toute menace de l’intérieur et de de l’extérieur ».

Selon lui, le lien Armée-Nation représente « la pierre angulaire pour contrecarrer tous les plans hostiles à notre patrie ». »La préservation de la sécurité de l’Algérie et le renforcement de sa stabilité est la raison d’être de l’Armée nationale populaire, digne héritière de l’Armée de libération nationale (ALN) », a-t-il soutenu.

A cette occasion, il a présenté un exposé détaillé sur les menaces sécuritaires aux frontières, notamment celles liées aux phénomènes du terrorisme et du crime organisé, à la drogue et à la migration clandestine, mettant en exergue les approches qui sous-tendent la stratégie nationale pour faire face à ces menaces.

Sur le chapitre diplomatique, un représentant au ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, a appelé à renforcer les opportunités d’investissement en Afrique à la faveur des ressources humaines et naturelles que recèle l’Algérie.

Des universitaires ont évoqué les dimensions de la concurrence internationale en Afrique et ses retombées géopolitiques sur l’Algérie, soulignant l’importance de développer les relations commerciales entre l’Algérie et l’Afrique.

Pour sa part, et lors de l’ouverture de cette journée, le président de l’APN, Brahim Boughali, a affirmé que l’Algérie détenait « une stratégie claire » pour lutter contre les menaces sécuritaires en Afrique et s’opposera toujours contre toute forme de changements anticonstitutionnels, notamment au niveau des pays du voisinage.

Cette stratégie « repose sur le principe de non-ingérence dans les affaires internes des pays, ainsi que sur l’esprit de coopération et d’échange d’expériences. L’Algérie dispose d’une expérience lui permettant de jouer un rôle axial », a poursuivi le président de la Chambre basse.

Il a ajouté que « les réalisations de l’Armée nationale populaire (ANP) en matière de lutte contre le terrorisme, la criminalité et les fléaux, en tête desquels, la drogue, le commerce illégal et la contrebande, l’habilite à s’ériger en partenaire essentiel dans le continent qui souffre de crises, et essaie de résoudre ses questions en suspens ayant créé des foyers de tension et différentes crises, outre la question de décolonisation au Sahara Occidental ».

Selon Boughali, « l’Algérie a également une nouvelle vision pour accroitre son rôle efficace dans le continent africain », relevant que le pays était « conscient que la concurrence internationale a des répercussions géopolitiques et des retombées sur le continent ».

L’Algérie veille, dans ce cadre, à avoir une forte présence à même de renforcer la solidarité africaine, notamment à la lumière de sa volonté politique et de son armée forte, a-t-il ajouté.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email