-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les corps communs et OP recevront leurs arriérés de salaires

Les corps communs et OP recevront leurs arriérés de salaires

Les corps communs et les ouvriers professionnels bénéficieront de leurs arriérés de salaires et de la prime de rendement avant le 3 février de l’année en cours.

La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, a instruit les directeurs de l’éducation, à travers l’ensemble des wilayas du pays, à procéder au paiement des arriérés de salaires et de la prime de rendement des corps communs et OP avant le 3 février prochain.

Le directeur des ressources financières au ministère de l’Education nationale, Belkacem Boukechour, a indiqué que tous les travailleurs contractuels de la catégorie des corps communs et OP percevront leurs arriérés de salaires et la prime de rendement à partir de demain, 1er février.

Le département de Nouria Benghebrit a instruit la semaine précédente les directeurs des directions de l’éducation sur tout le territoire national à procéder au versement des arriérés de salaires des enseignants vacataires sur une durée de dix mois, alors que les autres rappels, qui devaient être réglés avant le 31 décembre 2015, seront versés dans les prochains jours.

Le ministère de tutelle a affirmé que tous les arriérés de salaires des enseignants vacataires, surtout ceux qui ont été recrutés dernièrement, seront versés dans leurs comptes postales. Toutefois, les syndicats activant dans le secteur de l’éducation ont tous été unanimes à dire que la décision émanant de la tutelle, relative au commencement du versement des arriérés de salaires dans les prochains jours, n’est que le fruit de leur combat syndical.

Par ailleurs, Belkacem Boukechour a donné jusqu’au 3 février pour verser les indemnités à tous les travailleurs, à travers toutes les wilayas touchées par ce retard pour rappel, le revenu de milliers d’ouvriers professionnels n’atteint même pas le SNMG plus de 10 000 employés contractuels n’ont pas reçu leurs salaires depuis 12 mois.

Il s’agit principalement des établissements de l’intérieur du pays, dont Annaba, Sétif, Ghardaïa et Tébessa.

Tout en considérant ces travailleurs comme marginalisés par le gouvernement, les corps communs ont toujours regretté le silence des autres syndicats et insistent sur le fait qu’il n’y aura jamais de stabilité dans leur secteur sans une prise en charge de leurs revendications.

Ils réclament, entre autres points, l’intégration des corps communs, ouvriers professionnels et agents de prévention et de sécurité de l’éducation, dans le décret 315-08 concernant les primes et l’application du salaire minimum à 18 000 DA.
 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email