-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les Constantinois refusent la présidentielle

Les Constantinois refusent la présidentielle

Alors que la campagne présidentielle tire à sa fin dans l’indifférence presque totale d’une bonne partie des Constantinois, des milliers d’entre eux, fidèles à leur engagement du 22 février dernier, ont battu encore une fois le pavé pour marquer leur refus de cautionner « la mahzala el intikhabya » (la mascarade électorale), dixit un manifestant. Ils étaient aussi nombreux que les vendredis précédents à marcher et à crier de toutes leurs forces leur colère contre la « issaba » qui veut leur imposer un président parmi cinq « élus » par le système « honni ». « Habou ydirou rayess, djebouna khams aarayess » (Ils veulent élire un président, ils nous ont ramené cinq mariés) fut en effet un slogan largement repris par les hommes et les femmes ayant sillonné pendant plus de deux heures les principales artères de la cité. L’avenue Abane-Ramdane et le boulevard Mohamed-Belouizdad ont été témoins du passage de la foule en ce 42ème week-end de révolte populaire. Un appel repris via les réseaux sociaux appelant à une grève générale dimanche 8 décembre a été aussi lancé par la quasi-totalité des marcheurs qui, dans leur majorité, ont promis d’y adhérer.

Autres slogans rappelant qu’il n’y aura pas de vote, « Makache intikhabet maa elissabet » (pas de vote avec les clans du pouvoir), ou encore « had el amm makkach el vote », ont été scandés par la masse populaire, laquelle a aussi réservé une réponse au ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, accusé d’avoir humilié les Algériens. « Ya wazir ya khayyen hada echaab la youhene » O ministre traître, ce peuple ne s’humilie pas).

Les détenus d’opinion n’ont pas été oubliés, des pancartes portant les photos de quelques-uns parmi eux ont été hissées et des slogans appelant à leur libération ont été également scandés par la foule.

Les habituelles discussions post-manifestation ont été par la suite engagées par les militants du hirak. Les débats ont ainsi pris le relais au niveau de la place dite Ettaraif et chacun y a contribué en apportant sa vision de l’action à mener.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email