-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les communaux en grève cyclique à partir du 25 octobre

Les communaux en grève cyclique à partir du 25 octobre

La Fédération nationale du secteur des communes affiliée au Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (Snapap) a décidé de reprendre la protestation.

Devant la non-prise en charge de leurs revendications restées en suspens, les travailleurs communaux prévoient une grève cyclique de trois jours à partir du 25 octobre prochain.

Visiblement, il n’est plus question pour ces derniers de lâcher du lest. Bien au contraire, ils ont décidé de passer à l’action. Un mouvement de contestation qui sera suivi d’une marche nationale pacifique prévue le 31 du mois en cours à Tizi Ouzou.

Ces décisions ont été entérinées à l’issue d’un conseil national des travailleurs de la commune, tenu le 7 octobre dernier à la maison des Syndicats, à Alger. La non-satisfaction de leurs revendications est à l’origine de la colère des travailleurs de la commune qui, semble-il, ne vont reculer devant rien.

Dans un communiqué rendu public hier, ils dénoncent avec force « la fermeture des portes du dialogue et la dégradation du pouvoir d’achat des travailleurs communaux face à la cherté de la vie ». « Cette catégorie de travailleurs déplore également la précarité de l’emploi qui s’installe de plus en plus dans les communes suite au recours abusif au recrutement précaire dans le cadre du préemploi.

Ces protestataires dénoncent aussi le recours, par certains responsables, aux intimidations en vue de casser le mouvement de protestation, et ce en violation totale de la Constitution, de toutes les lois de la République et des conventions internationales ratifiées par l’Algérie », lit-on dans le même document.

Ce syndicat déplore en outre « les atteintes aux libertés syndicales enregistrées quotidiennement au niveau national, et ce devant le silence des pouvoirs publics ».

Il convient de rappeler que cette catégorie de travailleurs demande « la révision du statut particulier de la fonction publique et la refonte totale de leur statut, en exigeant son unification, l’application réelle de l’abrogation de l’article 87 bis du code du travail avec effet rétroactif depuis janvier 2008, l’attribution des indemnités et des primes, dont celle du guichet pour les agents de l’état civil ».

Outre les revendications citées plus haut, les travailleurs communaux réclament l’intégration définitive des contractuels, notamment ceux qui activent dans le cadre des dispositifs du préemploi et du filet social. Ils insistent sur le respect de l’exercice de l’activité syndicale dont le droit à la grève.

La fédération en question a, encore une fois, catégoriquement rejeté le projet du nouveau code du travail, soulignant que ce dernier n’est pas conforme aux conventions de l’Organisation internationale du travail.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email