Tebboune : Les partis politiques appelés à renforcer le front interne  – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Tebboune : Les partis politiques appelés à renforcer le front interne 

Tebboune : Les partis politiques appelés à renforcer le front interne 

Une révision de la loi sur les partis politiques est attendue prochainement. L’annonce a été faite ce samedi par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, qui a souligné que le dénominateur commun de l’ensemble des formations politiques, quelles que soient leurs tendances, doit être « l’unité nationale et la Déclaration du 1er Novembre ».

Lors de son entrevue périodique avec des représentants de médias nationaux, diffusée samedi soir sur les chaînes de télévision et stations de radio nationales, Tebboune a précisé que les partis « sont libres de tracer leurs propres programmes politiques, mais doivent avoir pour dénominateur commun l’unité nationale et la Déclaration du 1er Novembre qui appelle à l’édification d’un Etat démocratique et social ».

« Tout ce qui est de nature à renforcer le front intérieur et qui relève de la ligne nationale est le bienvenu », a-t-il soutenu, appelant à « en finir avec les vieilles méthodes » dans l’activité partisane pour se focaliser sur « l’action efficace reposant sur la mobilisation des militants dans la rue, qui, depuis le Hirak authentique et béni, ne saurait être déviée de sa trajectoire ».

Dans le même sillage, le Président Tebboune a évoqué quelques points de divergence avec des partis politiques concernant des questions sur lesquelles « il ne peut être d’accord », comme l’appel de certaines formations politiques à la libération des personnes impliquées dans des affaires de dilapidation et de détournement de derniers publics vers l’étranger si elle coopèrent pour leur récupération.

Pour Tebboune, « celui qui a volé doit payer » car, au-delà de l’aspect financier, c’est une question morale, relevant que les investigations menées dans le cadre des dernières élections des assemblées élues, notamment l’Assemblée populaire nationale (APN), avaient révélé « la tentative de la Issaba (bande) de présenter 750 candidats corrompus pour accéder au Parlement ». Il a affirmé que les résidus de la Issaba tentaient de semer l’anarchie au sein de la société à travers la spéculation délibérée sur les prix : « Les résidus de la Issaba disposent aujourd’hui de fonds colossaux et ont même tenté d’acheter les consciences ».

Dans ce cadre, le Président a insisté sur l’impératif de moraliser la vie publique de la société, ce qui a déjà été fait à travers la révision de toutes les lois et le châtiment de toute personne portant atteinte aux constantes nationales. Le président de la République a affirmé que l’Etat était devenu fort pour « défendre le citoyen et non pour l’opprimer », mettant en garde « quiconque oserait porter atteinte au pouvoir d’achat du citoyen ».

Rejet total de toute intervention au Niger

Au plan international, le président de la République a évoqué le dernier coup d’Etat au Niger et ses conséquences, affirmant que ce qui se passe dans ce pays menaçait directement la sécurité dans la région, et que l’Algérie exprimait « son rejet total et catégorique de toute intervention militaire qui n’a jamais réglé aucun problème ». « Aucune solution n’est envisageable au Niger sans la participation de l’Algérie, car concernée par ce qui se passe dans ce pays voisin », a-t-il martelé, affichant « la disposition de l’Algérie à aider les Nigériens à rétablir la légitimité constitutionnelle ».

Abordant les visites officielles effectuées récemment dans plusieurs pays amis, dont la République populaire de Chine, qu’il a qualifiée de « pays fiable », le Président Tebboune a fait savoir que le Président chinois, Xi Jinping avait affiché sa confiance quant à la nouvelle orientation adoptée par l’Algérie. Dans un autre contexte, il a expliqué que la Chine, la Russie, l’Afrique du Sud et le Brésil étaient en faveur de l’adhésion de l’Algérie au groupe des BRICS.

Concernant la visite d’Etat prévue en France, reportée à deux reprises, le Président Tebboune a affirmé que « cette visite n’a pas été annulée. Nous attendons le programme de la visite de la part de la Présidence française », indiquant que la visite d’Etat en question doit être couronnée de « résultats tangibles » et non « une simple visite touristique ».

Quant à la reconnaissance par l’entité sioniste d’une prétendue souveraineté marocaine sur le Sahara occidental, le président de la République a indiqué que cette reconnaissance est « nulle et non avenue » et ses répercussions n’intéressent pas l’Algérie qui considère ce pas comme un « non évènement ».

 

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email