-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les citoyens bloquent les APC de Toudja

Les citoyens bloquent les APC de Toudja

Les habitants de Tala Hiba, dans la commune de Toudja, ont bloqué ce jeudi le siège de l’APC. Ils réclament, de nouveau, l’approvisionnement du village en eau potable. Ils ont relevé les souffrances endurées à cause du manque d’eau potable durant sept années.

« Nous nous approvisionnons en eau potable avec des jerricans que nous remplissons aux fontaines publiques. Celles-ci ne suffisent cependant plus aux habitants et leur gestion est devenue difficile », a déclaré un habitant.

Et d’ajouter : « Nous avons saisi l’APC pour la poursuite des travaux mais celle-ci n’a pas accédé à notre demande faute de moyens financiers. »

Selon un responsable à l’APC, « le projet a été entamé depuis 2009 mais l’APC ne dispose pas de moyens financiers pour le finaliser, la dernière tranche coûtant au moins 2 milliards de centimes. L’APC a saisi la wilaya afin de financer la troisième tranche dans le budget sectoriel, en vain ».

A El-Kseur, les travailleurs ont fait grève trois jours à l’appel du Snapap. Ils dénoncent l’attitude du P/APC qui a relancé les hostilités avec les ponctions sur salaires, et ce en dépit d’un accord décidé en janvier dernier.

« Ils ont fermé le siège de l’APC jeudi dernier pour réclamer la réintégration de leur collègue, arbitrairement suspendu depuis 9 mois. Ce dernier est privé de son salaire et se retrouve sans ressources pour nourrir sa famille », selon un syndicaliste.

« Notre collègue a été réhabilité par la tutelle et l’Inspection du travail, mais le P/APC a refusé de le réintégrer », ajoute notre locuteur. Ce mouvement de grève n’a pas été sans conséquence sur plusieurs services, notamment celui de la voirie qui est paralysé. En effet, les ordures ménagères n’ont pas été collectées dans la ville et les odeurs incommodent les passants au plus haut point.
Cette situation constitue une menace sur la santé publique. Une menace accentuée par les grandes chaleurs qu’enregistre la région.

Des citoyens commencent à se plaindre et interpellent les autorités afin d’agir en vue de mettre fin à cette situation. Hier, les habitants du village d’Amitik N’ tafath, situé sur les hauteurs de la commune de Béjaïa, ont coupé la RN 24 afin que soient prises en charge plusieurs revendications liées à l’amélioration de leur cadre de vie, à commencer par l’eau potable, l’assainissement, le gaz de ville, le revêtement de la route, le transport.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email