-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les cinq candidats unanimes : « La charte instaurera les assises de la démocratie »

Les cinq candidats unanimes : « La charte instaurera les assises de la démocratie »

Les cinq candidats à la magistrature suprême ont signé, ce samedi, la charte d’éthique des pratiques électorales. Un « pacte » que les candidats devront respecter tout au long de la campagne électorale qui commence aujourd’hui.

Ainsi, ils ont affirmé, après signature, que la charte « va instaurer les principes de la démocratie à même de garantir un scrutin transparent ». La charte d’éthique des pratiques électorales, un nouveau document créé par l’Autorité nationale indépendantes des élections (ANIE), en charge de l’organisation du processus électoral dans toutes ses étapes. Ainsi les cinq candidats en course ont affiché leur satisfaction de ce nouveau règlement.

Le président du Front El Moustakbal, Abdelaziz Belaïd estime que la charte d’éthique est « un dénominateur commun » entre tous les candidats. Il a promis d’œuvrer pour mettre à niveau les élections à même de mener l’Algérie à bon port.

Ali Benflis, à la tête du parti Talaie El Houriat (Avant-garde des libertés) estime que cette charte sera d’un grand apport et contribuera grandement à la transparence des élections. Selon lui, ce « nouveau-né », en référence à la charte d’éthique, est un grand acquis, affirmant qu’il « servira toujours ce cher pays ». Il a en outre exprimé sa reconnaissance pour « l’initiatrice » de cette charte. « Le travail accompli par l’ANIE est historique pour la nation », a-t-il précisé.

Pour Abdelkader Bengrina, président du parti Mouvement El Bina « l’Algérie bâtit sa démocratie à travers la charte des pratiques électorales ». Il a de son côté salué le travail de l’ANIE. « Je suis satisfait jusqu’à présent des réalisations de l’Autorité au niveau central et j’espère voir le même travail au niveau local », a-t-il signalé. S’agissant des autres candidats, Bengrina a affirmé qu’ils sont des « partenaires en concurrence pour le poste du président de la République et non pas des ennemis ».

Abdelmadjid Tebboune, le candidat indépendant de cette élection a exprimé sa fierté de participer à ce moment, celui de « poser la pierre angulaire de l’Algérie de demain ». « Cette charte d’éthique participera à la construction d’une Algérie ‘’propre’’ et ‘’intègre’’ ». Lui aussi n’a pas manqué de saluer l’ANIE particulièrement son président « pour avoir posé les fondements de l’Algérie de demain comme on l’espère ».

Pour sa part, Azzedine Mihoubi, candidat du Rassemblement national démocratique (RND), estime que la charte d’éthique des pratiques électorales est « un contrat moral entre les candidats à l’élection présidentielle et le peuple ‘’avide’’ de préserver sa souveraineté et l’offrir au candidat qui va la préserver ». Il a également affirmé que « l’Algérie a vu naitre, en ce jour, une culture d’intégrité et une concurrence noble qui permettront à la démocratie de vivre longtemps ».

Le président de l’ANIE, Mohamed Charfi, a affirmé de son côté que cette charte, la première du genre, est le fondement et la base essentielle pour la construction d’une démocratie. Une première, car, a-t-il expliqué, elle est consensuelle et oblige tous les candidats, les représentants des médias mais aussi l’ANIE à la respecter. Il a par ailleurs indiqué que le texte original de la charte va être transcrit sur le registre dédié à cette fin, afin qu’il soit transmis aux générations futurs en sa qualité de « livre d’or » de l’édifice démocratique que signera le président de la République après son élection.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email