-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les « capistes » protestent devant le siège de l’ordre des avocats

Les « capistes » protestent devant le siège de l’ordre des avocats

Les titulaires du certificat d’aptitude à la profession d’avocat (CAPA) dénoncent la décision « abusive et arbitraire » de l’Union nationale des ordres des avocats (UNOA) quant au gel des stages de formation ainsi que des sessions de prestation de serment.
Ils organisent de ce fait, aujourd’hui, un rassemblement pour protester contre cette décision devant le siège de l’UNOA situé à la Cour suprême.
Dans un communiqué parvenu à la rédaction, ils indiquent que des milliers de « capistes » sont privés de ce droit, et par ricochet privés d’exercer la profession d’avocat, contraignant ainsi leur parcours professionnel. Cela, précise t-on, depuis le 28 novembre 2015, date de cette décision issue de l’assemblée générale de l’UNOA confirmée par les décisions du Conseil de l’Union, à l’instar de celles du 17 octobre 2017 et du 28 avril 2018. Selon les
« capistes », les décisions prises par l’Union contredisent en premier lieu un principe constitutionnel relatif à l’égalité des chances et de justice. Plus que cela, ces décisions, estiment-on, contredisent la loi 13-07 relative à la réglementation de la profession, qui dans son article 36 stipule que « tout titulaire d’un CAPA a le droit de prêter serment et d’effectuer un stage pratique de deux ans ». L’Union, indique-t-on, a toujours justifié sa décision par le retard dans la création d’écoles de droit régionales, comme le prévoit la loi 13-07, alors que ces dernières ne « nous concernent nullement étant diplômés des facultés de droit chargées de la formation théorique ». L’autre motif avancé est la saturation de la profession qui compterait des dizaines de milliers d’avocats.
Par ailleurs et en signe de protestation, plusieurs actions ont été organisées par les titulaires du CAPA, notamment devant l’Ordre des avocats à Blida, Sétif, Boumerdès mais aussi devant le siège de l’Union nationale des ordres des avocats à plusieurs reprises, et plus récemment le 11 avril passé. Les protestataires ont également adressé plusieurs correspondances aux différentes organisations, mais en vain, car la situation de blocage se poursuit toujours, d’autant qu’il a été décidé récemment du maintien du gel. Cependant, les « capistes » qui n’espèrent qu’enfiler la robe noire et commencer ainsi leur parcours, ne comptent pas baisser les bras. Ils précisent qu’ils ne cesseront pas de revendiquer ce droit consacré par la Constitution jusqu’à la levée officielle du gel par l’UNOA, qu’ils espèrent dans les plus brefs délais, soit avant la fin de l’année judiciaire en cours. Cela en application des promesses avancées. Lilia Aït Akli

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email