-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les capacités nationales atteindront 2 millions de m3 à l’horizon 2021

Les capacités nationales atteindront 2 millions de m3 à l’horizon 2021

Les capacités nationales de stockage de carburant devraient passer de 600 000 m3 actuellement à 2 millions m3 en 2021, a indiqué jeudi le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, précisant que ce programme permettrait d’atteindre une autonomie de stockage de carburant de 30 jours contre 11 jours actuellement.

Ce programme prévoit la réalisation de plusieurs centres de stockage régionaux, dont celui du centre dans la région de Lekhchem à Aïn Oussera (Djelfa), d’une capacité de stockage de 40 000 m3, a précisé M. Guitouni qui répondait à une question orale au Conseil de la nation.

Et d’ajoutant que ce centre couvrira les besoins de Djelfa, de Médéa et des wilayas limitrophes et assura une autonomie de 30 jours.

Par la voix de sa secrétaire générale, le ministère de l’Energie avait annoncé, le 23 février 2017, l’augmentation des capacités de raffinage de l’Algérie. Celles-ci devront être portées à 45 millions de tonnes/an à l’horizon 2021, avait affirmé Fatima Zohra Cherfi alors qu’elle était en visite dans la région de Hassi Messaoud, pour assister aux festivités commémorant l’anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures, le 24 février 1971.

Cette prévision de production devra être concrétisée à la faveur de la réalisation de trois nouvelles raffineries projetées à Hassi Messaoud, Tiaret et Biskra, a précisé Mme Cherfi. La SG du ministèree de l’Energie a souligné, le 25 septembre dernier, que l’Algérie consomme aujourd’hui près de 15 millions de tonnes de carburants routiers dont plus de 350 000 tonnes de GPL, « ce qui est très en-deçà des objectifs fixés ». Mme Cherfi s’exprimait lors d’une conférence sur la promotion de l’utilisation de ce type de carburant.

A ce propos, elle a rappelé l’objectif de convertir 30% du parc automobile à motorisation essence en 2030. Selon les chiffres communiqués par le ministère de l’Energie, l’Algérie importe annuellement trois millions de tonnes d’essence et de gasoil pour une facture d’importation de plus d’un milliard de dollars.

« Il faut arrêter l’importation », avait Mme Cherfi au cours d’une de ses sorties publiques, appelant Naftal à redoubler d’efforts en matière de fabrication de kits et à assurer la disponibilité du GPL (gaz propane liquide, une alternative au carburant liquide) au niveau des stations-service.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email