-- -- -- / -- -- --
Culture

Les cafés littéraires du samedi : Un lieu vivant d’expression

Les cafés littéraires du samedi : Un lieu vivant d’expression

Le samedi dans la capitale, gratuits et sans carte d’adhérent, des espaces accueillent des citoyens de tout âge venus s’abreuver aux sources des arts et des lettres bien de chez nous. Ce sont les cafés littéraires animés par des artistes, des artisans, des cinéastes, des historiens, des écrivains, meublant notre monde de la culture et de la création.
Le café littéraire a vu le jour au XVII° siècle. Les intellectuels ont imaginé un endroit où ils pouvaient se rencontrer régulièrement pour échanger des idées et réfléchir ensemble. Cela ne pouvait se réaliser qu’autour d’un café, boisson chaude reconnue pour ses vertus éclaircissant la pensée et son stimulant source de création. Le café littéraire était né et c’est dans cet esprit que des établissements de ce genre se sont érigés dans la capitale avec pour lieu les sièges de fondations, les librairies, les musées, les maisons de la culture. C’est une chance pour nos artistes et nos hommes de lettres de trouver ainsi une tribune pour s’exprimer devant un public attentif et intéressé. D’habitude, le salon du livre d’Alger leur offre ses espaces, seulement une fois par année. Les cafés littéraires prennent le relais, assurant tout le temps les rencontres. C’est le cas de la fondation Ahmed et Rabah Asselah qui invite au grand bonheur de son public, chaque samedi, des artistes peintres, des écrivains, des historiens, des chercheurs et le café ainsi que le thé ne manquent pas au rendez-vous. C’est le cas aussi des éditions Chibeb qui, dans leur librairie à Bab El Oued, organisent le samedi des rencontres débats. C’est également le cas de l’Opéra d’Alger qui vient de réserver un espace dans ses vastes locaux pour un café littéraire. Même à Blida, cette belle initiative de créer un café littéraire le samedi a vu le jour dans la célèbre imprimerie Maugin, datant de plus d’un siècle. D’une manière générale, c’est le samedi que choisissent les librairies d’Alger pour des rencontres du public avec les écrivains. Cependant, parfois il y a des arrêts dans ce monde des cafés littéraires avec l’espoir de les voir réactivés. Ainsi, l’ANEP a brillé pendant des années avec ses rencontres débats le samedi dans sa librairie de la grande Poste. Le maître libraire Sakhli était le grand animateur de ces rendez-vous avec des sujets phare sur l’actualité de la vie culturelle en Algérie. Le samedi reste la meilleure journée de la semaine pour l’organisation de cafés littéraires, journée de fin de semaine où les citoyens sont disponibles.
Les initiateurs de tels rendez-vous y pensent et ils sont aussi nombreux que les musées des beaux-arts, du Bardo, de la salle Frantz-Fanon de Ryadh El Feth, de l’Etablissement arts et culture, du Théâtre national, de Dar Abdeltif, du Bastion 23, de l’Office national de la culture et de l’information, et aussi du Haut commissariat à l’amazighité.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email