-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les braquages contre les transports de fonds se multiplient

Les braquages contre les transports de fonds se multiplient

Les gendarmes de la section de sécurité et d’intervention (SSI) d’El-Kseur, wilaya de Béjaïa, viennent d’arrêter trois agresseurs notoires auteurs d’un braquage contre un véhicule de transport de fonds appartenant à une société privée. Les malfaiteurs ont pu voler 5 milliards de centimes.

Selon la Gendarmerie nationale, le braquage a été planifié par les malfrats, au nombre de cinq. Trois d’entre eux ont été appréhendés après dix heures de recherches, tandis que deux autres demeurent en fuite. Les braqueurs interpellés l’ont été au centre-ville de Béjaïa, après avoir commis leur forfait commis à Oued Ghir, commune distante de 12 km du chef-lieu de wilaya.

Les trois malfaiteurs ont été présentés, hier, devant le procureur de la République près le tribunal local pour association de malfaiteurs et agression suivie de vol dont ont été victimes deux employés d’une entreprise à El-Kseur (Béjaïa). Ils ont été placés sous mandat de dépôt. Les recherches se poursuivent pour retrouver les deux complices en fuite. Cette attaque armée a été commise avant-hier, lorsque le comptable de ladite entreprise accompagné du chauffeur, à bord d’un véhicule léger, se dirigeaient vers Béjaïa pour déposer cinq milliards de centimes à la BNA.

Arrivés à Oued Ghir, ils ont été stoppés par un accident de la circulation provoqué par le conducteur d’un autre véhicule léger, qui était en compagnie de deux individus. Ces derniers ont dépossédé les victimes de leur véhicule avec la somme d’argent, avant de prendre la fuite en direction de Béjaïa. Alertés, les gendarmes ont très vite réagi en mobilisant un important dispositif sécuritaire pour traquer les agresseurs.

Une grande opération de recherches a été déclenchée aussitôt par les éléments de la Gendarmerie nationale qui a mobilisé deux sections de sécurité et d’intervention, des unités de sécurité routière, plusieurs brigades territoriales et la section de recherches de Bejaïa.

Après dix heures de recherches et d’investigations, le véhicule signalé a été retrouvé abandonné près de la décharge publique de la localité.
Suite à cela, les investigations entreprises par les gendarmes enquêteurs ont abouti à l’interpellation de trois des cinq mis en cause au centre-ville de Béjaïa, alors que les deux autres complices demeurent activement recherchés.

Il convient de noter que les transports de fond demeurent la cible privilégiée des malfaiteurs, d’autant que les « butins de guerre » sont considérables. En un an, pas moins de trente braquages de transport de fonds d’entreprises privées ont été commis. Le cas de figure similaire à celui d’El-Kseur est celui d’Oum El-Bouaghi, où un transporteur de fonds appartenant à la société de gardiennage Amnal avait, en novembre passé, planifié le vol de 20 milliards de centimes.

Ce chauffeur avait détourné un camion blindé appartenant à ladite société. Le véhicule a été retrouvé abandonné dans un endroit isolé, sans les 20 milliards de centimes, bien sûr. Après des mois d’investigations, les gendarmes de la section de recherches ont pu localiser le planificateur qui s’est installé à Tlemcen où il a acheté des biens. L’agent d’Amnal a été arrêté et traduit devant la justice, tandis qu’une somme de 8 milliards de centimes a été récupérée.

Il y a quelques mois, un autre transporteur de fonds d’une société étrangère de boissons alcoolisées a été victime, dans la commune de Oued Ghir, d’un braquage par des individus qui ont dérobé 5 milliards de centimes. Les malfaiteurs ont été interpellés par les gendarmes suite à une enquête approfondie. Devant cette cascade de braquages, de nombreuses sociétés privées ont été contraintes d’armer leurs transporteurs de fonds, et ce pour faire face à des tentatives d’attaque.

Des pères de famille deviennent « braqueurs »

La délinquance prend un nouveau visage. Le manque de revenus, les licenciements « abusifs », la cherté de la vie et le chômage sont autant d’ingrédients qui sont derrière un nouveau phénomène en Algérie. Il s’agit des braquages de la « crise ».

Après les jeunes cambrioleurs, c’est au tour de pères de famille de s’attaquer aux commerçants et propriétaires de maisons afin de voler leurs biens ou leur argent. Des vols de petits « butins » se sont multipliés ces derniers mois dans certaines villes, les stations-service, les magasins et surtout les appartements où plusieurs cambriolages ont été commis par de jeunes agissant en réseaux.

Fait nouveau ces derniers temps, des pères de famille, parfois même des femmes, commettent, faute de revenus, des braquages pour subvenir aux besoins des leurs, puisque beaucoup d’entre eux ont été licenciés et d’autres sont au chômage depuis des années. Plus de 2 000 vols ont été commis pour le seul mois de septembre dernier, selon un bilan de la cellule de communication de la Gendarmerie nationale. Une moyenne de 70 vols sont commis quotidiennement.

L’action des gendarmes a permis d’arrêter 1 192 personnes qui seraient derrière ces braquages. A ce titre, il a été relevé que les affaires de vols avec 1 630 faits représentent 81,62 % des atteintes aux biens, soit une hausse de 58,01 % par rapport au mois de septembre 2010 (905 affaires).

Cette recrudescence inquiétante des braquages était prévisible, selon les spécialistes, dans la mesure où la « crise » qui a touché beaucoup de familles algériennes en serait la cause. Plusieurs braquages ont eu lieu durant ces derniers mois, notamment à Alger.

En effet, la capitale n’a pas été épargnée par des « attaques » préméditées par des pères de familles en manque d’argent. Récemment, un homme âgé de 52 ans s’est introduit dans un appartement situé au quartier La Glacière. Muni d’une bombe lacrymogène, ce père de famille a volé une télé et une somme d’argent.

Quelques jours après, il a été interpellé par les services de sécurité, après avoir été identifié à partir d’un indice prélevé par la police scientifique sur le lieu du braquage. Dans ce quartier, trois vols à main armée ont été commis en l’espace de deux semaines. Parmi les victimes, une femme âgée de 82 ans, chez qui deux individus ont pénétré dans la nuit, il y a deux semaines, pour lui dérober des bijoux ainsi qu’une somme d’argent.

Même si le butin est parfois maigre, la situation témoigne de l’accroissement des braquages. Comment un homme de 75 ans bascule-t-il aujourd’hui dans la délinquance ? Comment devient-on braqueur ? Autant de questions qui témoignent de la difficulté de la vie pour ces pères de famille contraints de voler pour tenter de survivre et nourrir leurs progénitures.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email