-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les Béjaouis se mobilisent encore

Les Béjaouis se mobilisent encore

Les Béjaouis ont, encore une fois, investi en force la rue ce vendredi  pour la trentième marche pacifique où la détermination de changer le régime politique est toujours intacte sept mois après le début de cette révolution populaire. Des dizaines de milliers de personnes hommes, femmes, jeunes et moins jeunes ont pris part à cette manifestation qui s’est ébranlée depuis l’esplanade de la maison de la Culture vers l’ancienne via le boulevard de la Liberté. Les manifestants ont brandi l’emblème national, celui amazigh, des banderoles et des pancartes, exprimant très clairement les revendications du mouvement populaire, son soutien aux détenus et le refus du prochain scrutin.

Le mouvement populaire a exprimé ce vendredi son soutien indéfectible aux détenus d’opinion et aux détenus politiques du Hirak et surtout à Karim Tabbou, dont l’arrestation et l’incarcération sont intervenues ces trois derniers jours. La foule n’a pas cessé de scander des slogans hostiles aux tenants du pouvoir, aux élections et au panel du dialogue et de médiation,s estimant que l’heure est au changement de régime avant d’aller aux autres étapes car, griller cette étape serait prendre le risque de reproduire une nouvelle crise politique.

« Ulac l’vot ulac », « Pouvoir assassin », « Noukni Nenad atsrouhem, atsrouhem : nous avons dit vous allez partir, vous aller sûrement partir », « Thelleli iyimaghnassen, l’habsse iyimakhouren : Liberté aux militants, prison aux bandits » « Le Peuple veut l’indépendance : achaâb yourid el istiklal », « Agdhoudh yevgha Timounent », « L’dzaïr thessawaled, agdoudh yerad awal, atsrouhem atsrouhem atsnegram », « La hiwar la chiwar errahil obligatoire : pas de dialogue pas de consultations, le départ sûrement », « Dawla madania machi askaria », « Libérez Karim Tabbou, libérez Karim Tabbou », « Allah y a baba inchallah n’nahou el aissaba », « Yetnahou gaâ », ce sont autant de slogans qui ont fortementété scandés par les foules qui arpentaient lentement et résolument le boulevard de la Liberté. La mobilisation d‘hier reste un indicateur on ne peut plus clair de la bonne santé de cette révolution populaire qui s’inscrit sûrement dans la durée, car l’essoufflement sur lequel ont parié certains n’a pas eu lieu et le Hirak populaire semble se revigorer avec la nouvelle dynamique créée depuis la rentrée sociale.

La foule a scandé avec beaucoup d’insistance sa détermination à revenir à la charge les prochains vendredis : « Anedou anedou alema yeghli udavu : nous marcherons jusqu’à la chute du régime politique qui a ruiné les richesses du pays ». « L’dzaïr thessawaled, agdoudh yerad awal, atsrouhem atsrouhem atsnegram », un slogan aussi qui veut dire que le peuple est résolu à poursuivre le combat pour faire avancer l’idéal de Novembre qui n’est pas encore adopté plusieurs décennies après. Enfin la mobilisation reste intacte après près de sept mois, et ça continue. Il est utile de noter que l’incarcération de Karim Tabbou a suscité beaucoup de réaction de condamnation, de dénonciation et de soutien du comité de défense des libertés, du Café littéraire de Béjaïa et des militants de son parti (UDS) non agréé.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email