-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les autorités assurent que le cheptel ovin est sain

Les autorités assurent que le cheptel ovin est sain

En prévision de l’Aïd Al-Adha, le ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche rassure la population en écartant l’éventualité de la propagation du virus de la fièvre aphteuse au cheptel ovin. C’est ce qu’a indiqué hier le directeur des services vétérinaires au ministère, Karim Kaddour El Hachemi, lors de son passage sur les ondes de la Radio algérienne.

Il a ajouté qu’il est prévu l’acquisition de deux millions de doses de vaccin contre cette fièvre, en vue de prémunir l’ensemble du cheptel bovin au niveau national.

L’intervenant a affirmé que l’acquisition de cette quantité de vaccins rentre dans le cadre des dispositions urgentes prises par le ministère pour contrer la propagation du virus de la fièvre aphteuse, précisant qu’il s’agit d’un virus de type (O Nigeria) qui a été identifié suite aux analyses des prélèvements. Il a été procédé à l’abattage de toutes les têtes infectées, ainsi qu’à la désinfection des écuries ayant connu des cas de contamination, ajoute-t-il.

L’autre mesure prise, enchaîne l’intervenant, est l’interdiction de la mobilité des bétails, notamment dans les marchés locaux de bétail, endroits propices à la propagation des épidémies animales. Il a fait savoir que plus de 1 200 vétérinaires relevant du secteur public sont mobilisés, sans compter ceux exerçant dans le secteur privé. Pour ce qui est des laboratoires spécialisés dans les maladies animales, Kaddour El Hachemi en a recensé sept régionaux relevant de l’Institut national des maladies vétérinaires, qui sont à même de couvrir le territoire national.

En ce qui concerne le remboursement des pertes enregistrées, le même responsable a souligné l’importance de l’assurance agricole et son instauration comme culture auprès de la corporation, invitant dans ce sens tous les éleveurs et les agriculteurs à assurer leurs propriétés agricoles. Il a indiqué à ce titre que l’Etat ne pourra pas continuer indéfiniment à prendre en charge le remboursement des pertes et les aléas auxquels est confronté le secteur de l’agriculture. Il a fait savoir dans ce sillage que beaucoup de travail reste à faire afin de sensibiliser les agriculteurs. L’invité de la Radio algérienne a tenu à expliquer que l’apparition récurrente de la fièvre aphteuse, malgré les opérations régulières de vaccination, est un phénomène ordinaire, arguant que le virus mute périodiquement et change de type, ce qui nécessite de nouvelles identifications pour adapter le vaccin. Kaddour El Hachemi a rappelé dans ce contexte que le virus le plus fort, qui a frappé en 2014, est de type (O), causant une perte considérable de pas moins de 7 000 têtes bovines. A propos de la commercialisation des bétails au niveau des zones frontalières, l’intervenant estime que cela peut se faire normalement, mais sans la mobilité de ces cheptels vers le Nord, justifiant qu’il y a plusieurs facteurs qui rentrent dans l’apparition de nouveaux foyers, entre autres d’ordre climatique.

Il a considéré que ses services n’ont noté aucun dépassement au niveau de la chaîne de production des aliments ou même des médicaments qui peuvent compliquer la mission de maîtriser le virus. Le directeur des services vétérinaires a réitéré l’importance de l’éthique dans l’exercice de tout métier, surtout quand il est question de la santé publique, rappelant que le projet de création d’un Conseil national de l’ordre des vétérinaires, prévue prochainement, permettra de mettre plus d’ordre et d’assainir cette activité.

L’apparition du 1e foyer, rappelons-le, a été signalé à Tizi Ouzou et une centaine de cas ont été recensés également à Bouira, Tipasa, Sétif et Béjaïa.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email