-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les Algériens sont unanimes : «L’emblème national, notre unique drapeau»

Les Algériens sont unanimes : «L’emblème national, notre unique drapeau»

Les Algériens sont de plus en plus nombreux à dénoncer ce qu’ils qualifient d’« intrusion » dans les slogans du mouvement citoyen. Et ce sont sans conteste les réseaux sociaux qui servent de support pour appeler les marcheurs à « homogénéiser » le discours, et surtout le drapeau. Abdelhakim Méziani, journaliste et écrivain, dont la carrière frise le demi-siècle, rappelle à juste titre que « nous n’avons qu’un seul et unique drapeau pour lequel 1 million et demi de chahids sont tombés ». Et d’ajouter : « Des millions de citoyens sont sortis (drapés dans l’emblème national) à l’occasion de la marche de la dignité. Il n’y a pas de place pour d’autres emblèmes, encore moins pour ceux brandis par des aventuriers et autres pourfendeurs de l’unité nationale ».

Cet émouvant appel a été partagé 65 fois. Des centaines de commentaires allant dans le même sens disent ne pas comprendre pourquoi « un autre drapeau » dans les marches. Allusion faite au « drapeau amazigh » qui, pour l’écrasante majorité des Algériens, n’a pas sa place dans le mouvement. « Effectivement, l’Algérie n’a qu’un seul drapeau, symbole de la glorieuse Révolution. Les prétendus étendards identitaires portent le germe de la division. Si chaque Algérien fait prévaloir son appartenance ethnique avant l’identité nationale, c’est ne plus se focaliser contre le pouvoir. Tenir le drapeau national est le parfait exemple del’unité », lit-on dans une réaction au « post » de M. Méziani. Un internaute ne trouvera pas mieux que de lancer un chaleureux « Bravooooo ! ». Un autre enchaîne : « Merci M. Meziani. L’Algérie est une et indivisible ». S’ensuit : « Les fossoyeurs de l’Algérie sont toujours aux aguets. Mais ils oublient le nom donné naguère à l’Algérie : « El Mahroussa ». Ce qui nous préserve, inchAllah, de tout malheur ». Il faut dire qu’une des réactions s’appuie sur des faits historiques, mais qui restent à vérifier. A l’exemple de ce ‘’post’’ : « Le drapeau amazigh n’a jamais existé avant la création de l’Académie berbère de Paris. Il n’a aucune existence historique.

C’est un drapeau conçu par l’agent de la DST et ex-membre de l’OAS, le sioniste Jacques Bennet ». Un « kabyle » n’a pas omis de rappeler ceci : « Je n’ai jamais vu Da L’Houcine ou les autres chouhada avec un drapeau autre que celui de l’Algérie ». Les appels à ne prendre que le drapeau national se font insistants également dans les discussions. Cependant, les marcheurs s’illustrent par un esprit de « tolérance » sans pareil, « et ce, pour éviter des fractures dans le mouvement ». « Ils ne sont que quelques dizaines à brandir d’autres couleurs. Laissons-faire, du moment que de l’ensemble des villes d’Algérie, de Tizi-Ouzou à Annaba, de Béjaïa à Tamanrasset, le mouvement n’est encadré que par l’emblème national », relève un militant pour le changement.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email