-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les Algériens refoulés de Malte interdits de séjour en Europe

Les Algériens refoulés de Malte interdits de séjour en Europe

Après avoir passé plusieurs jours dans les « geôles » d’une caserne à Malte dans les pires conditions, douze parmi les treize touristes algériens –un seul a réussi à décroché la timbale dans la mesure où il a fait le déplacement dans le cadre d’un voyage organisé par une agence locale- ont regagné jeudi à l’aube Alger comme ils l’ont quitté une semaine plus tôt. 

Les autorités maltaises les ont jugés persona non grata sur le territoire de l’île pour le seul motif qu’elles -les autorités maltaises- les ont soupçonnés d’avoir eu des « intentions » de regagner la France et que l’Etat insulaire ne constituait qu’un tremplin.

Pire, les touristes infortunés ont également vu leurs passeports « épinglés » de la mention « indésirables en Europe pour une durée de cinq années ». Et là où le bat blesse, c’est qu’aucun officiel n’est venu s’enquérir de leur état à leur descente de l’avion d’Air Malta sur le tarmac de l’aéroport Houari-Boumediene.

Contacté, l’un des malheureux touristes ne croît toujours pas à ce qui lui est arrivé. « Nous avons vécu la pire injustice », nous a-t-il dit. Muni de ses papiers en règle avec un visa Schengen comme tous ses codétenus, délivré par l’ambassade de Malte à Alger, Fateh nous a précisé qu’il n’avait aucunement l’intention de regagner la France dans la mesure où il est très bien installé chez lui dans la localité de Merouana à Batna. Son seul objectif était, nous a-t-il encore dit, de « passer des vacances et voir Malte ».

Fateh, qui a eu droit à un entretien avec un avocat maltais délégué par une organisation des droits de l’homme domiciliée en France, sollicitée par ses proches, n’a pas caché son indignation après le « tête-à-tête » avec « son défenseur ». Ce dernier lui aurait suggéré, pour le faire sortir du piège où il s’est retrouvé, de se faire passer pour un persécuté religieux, autrement dit de se faire passer pour un chrétien à la recherche d’un refuge religieux.

Connu pour son attachement à la religion chrétienne, Malte s’accroche à son statut de base arrière des armées chrétiennes hérité au Xe siècle lors des Croisades contre les musulmans à El-Qods. Actuellement, l’île sous haute surveillance est à l’avant-garde des frontières européennes.

Des milliers d’immigrants illégaux (Libyens, Tunisiens, Somaliens…) transitent chaque année par l’Etat insulaire avant d’échouer sur les côtes françaises ou italiennes, à seulement quelques encablures des plages maltaises.
Une situation qui semble avoir joué en défaveur des treize Algériens refoulés dans la mesure où ce cas constitue une affaire interne à un pays souverain, mais le mutisme des autorités algériennes indigne les principaux concernés qui crient à l’injustice.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email