Les Algériens face à l’érosion du pouvoir d'achat – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Les Algériens face à l’érosion du pouvoir d’achat

Les Algériens face à l’érosion du pouvoir d’achat

Le pouvoir d’achat en Algérie ne cesse de s’éroder face à une inflation et une cherté de la vie impitoyables. Avec un bas salaire, l’Algérien ne peut, malheureusement, vivre dignement dans son pays.

Si une année de confinement et de chômage forcé a été difficile pour les familles algériennes, l’année 2021 s’est annoncée encore plus sombre, notamment sur le plan économique. Les ménages font aujourd’hui face à une hausse des prix injustifiée et brutale de la quasi-totalité des produits de consommation et de service.

Presque aucun produit de consommation n’a échappé à  l’augmentation : les fruits et légumes, les produits alimentaires de base, les viandes, l’électroménager.. et même les consultations médicales. Cette cherté de la vie est encore plus ressentie à l’approche de la rentrée sociale. Les Algériens font face à davantage de dépenses et à des prix élevés. Pour l’Association de protection et d’orientation du consommateur et son environnement (APOCE), l’effondrement du pouvoir d’achat a grandement nui aux familles aux revenus moyens et dans le besoin.

Le président de cette association, Mustapha Zebdi, a appelé le gouvernement à trouver des solutions pour contrôler les prix exercés sur les marchés, tout en reconsidérant la politique de soutien. Celle-ci a en effet permis à beaucoup de s’enrichir sur le dos des pauvres et des nécessiteux. Selon les estimations de l’APOCE, le salaire minimum nécessaire pour vivre dignement en Algérie ne devrait pas être inférieur à 80 000 DA par mois.

Compte tenu des prix actuels, le salaire est appelé à augmenter à l’avenir, explique M. Zebdi. Il a, par ailleurs, fait savoir que son organisme suivait de près le programme du gouvernement qui évoque l’amélioration du pouvoir d’achat et qu’il attend des mesures rapides qui allégeraient le fardeau des consommateurs. Le porte-parole de l’APOCE a toutefois ajouté : «Nous ne voulons pas de soutien qui porte atteinte à la dignité du citoyen et crée un déséquilibre dans le pays. Nous voulons juste un soutien qui satisferait les besoins de toutes les catégories de citoyens et leur permettre de vivre dans la dignité.» De son côté, le président de l’Association El-Aman pour la protection des consommateurs, Hassan Mnaouer, a estimé que le pouvoir d’achat des Algériens ne cesse de se dégrader depuis plus de quatre ans.

De ce fait, des stratégies efficaces doivent être mises en œuvre, en urgence, pour contenir la crise, a-t-il insisté. Dans le cadre des solutions proposées, l’intervenant a mis en avant des suggestions, dont certaines relèvent de la responsabilité de l’Etat et d’autres de celle des citoyens. A cet égard, l’Etat doit, en priorité, établir des contrôles sur les prix du marché en Algérie, c’est-à-dire veiller à la réglementation des divers produits alimentaires, a-t-il expliqué. Hassan Mnaouer estime que ces décisions doivent réellement se concrétiser après leur annonce en mettant en place des installations pour une inspection rigoureuse des commerces.

Quant au consommateur, l’achat doit se faire avec modération, par ordre de priorité, a-t-il précisé. Hassen Mnaouer a par ailleurs salué le travail caritatif bénévole initié par les représentations de la société civile mais l’a qualifié d’aléatoire et non organisé, de sorte qu’il pourrait exclure certaines personnes nécessiteuses

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email