-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les Algériens déterminés à bâtir une Algérie meilleure

Les Algériens déterminés à bâtir une Algérie meilleure

5 juillet 1962, 5 juillet 2019. Après avoir arraché l’indépendance, les Algériens réclament aujourd’hui une Algérie nouvelle et une véritable démocratie. Annoncé comme un rendez-vous avec l’histoire, les Algériens veulent signer en cette date symbolique, 57e anniversaire de l’indépendance, l’acte de naissance de l’Algérie nouvelle.
En effet, en cette journée spéciale ils étaient encore des milliers à battre le pavé, ce vendredi, bravant la chaleur caniculaire. Dès les premières heures de la matinée, les manifestants ont occupé la place de la Grande Poste où, en dépit de l’impressionnant dispositif sécuritaire à Alger et sur les chemins qui y mènent, un hommage appuyé a été rendu aux valeureux martyrs de la révolution qui ont libéré le pays de la colonisation.
Au fil des heures, les rues et les places symboliques du Hirak deviennent noires de monde. A travers cette 20e journée de mobilisation, avec le goût spécial de l’indépendance du pays, les Algériens espèrent un nouveau départ. Toujours avec le même mot d’ordre et une détermination sans faille, les manifestants ont réitéré leurs revendications exprimées depuis le 22 février. Cette déferlante humaine enregistrée à Alger et dans plusieurs wilayas est une réponse aux différents appels à descendre en masse dans la rue, lancés notamment à travers les réseaux sociaux et impulsés pas plusieurs personnalités. « Libérez l’Algérie », « Etat civil et non pas militaire », sont entre autres les slogans scandés.
Les « insurgés » refusent également la tenue de l’élection présidentielle organisée par les « hommes du système ». « Makach el intikhabat y a el 3issaba » (Pas de vote avec la bande), a-t-on scandé. Une élection à laquelle, pourtant, ne cesse d’appeler le chef de l’Etat, plus récemment mercredi dernier dans son message adressé à la nation à l’occasion de la fête nationale. Bensalah a renouvelé son appel pour un dialogue national inclusif sur la prochaine échéance présidentielle. 
Les manifestants ont également exprimé leur plein soutien aux détenus d’opinion, notamment ceux arrêtés lors des marches précédentes pour port du drapeau amazigh, en appelant à leur libération. Le soutien été aussi exprimé en faveur du moudjahid Lakhdar Bouregaâ, incarcéré la semaine passée. « Tous Bouregaâ. C’est un révolutionnaire », pouvait-t-on lire sur des pancartes.
Le chef d’état-major de l’Armée nationale populaire a été aussi la cible des manifestants qui ont scandé des slogans qui lui sont hostiles. Après plusieurs mois de mobilisation pacifique et à quelques jours de l’expiration du mandat du chef de l’Etat, qui risque de plonger le pays dans un vide constitutionnel, d’aucuns s’interrogent sur la voie et les solutions qui s’ouvrent pour le pays. Quel est le devenir du pays ? Et aussi celui du Hirak ? A-t-on fait le bon choix ? Allons-nous dans la bonne direction ? Autant de questions que des manifestants rencontrés posaient, mais qui n’empêchent nullement leur détermination à construire une Algérie meilleure. 
Lilia Aït Akli

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email