-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les Algériens condamnent l’arnaque du siècle

Les Algériens condamnent l’arnaque du siècle

L’Algérie a réitéré son soutien “fort et indéfectible” à la cause palestinienne et au droit du peuple palestinien à l’établissement d’un Etat palestinien “indépendant et souverain avec Al Qods-Est comme capitale”.
Suite à l’annonce de ce qui est appelé le “deal du siècle”, baptisé par la communauté internationale d’arnaque du siècle, l’Algérie “réitère son soutien fort et indéfectible à la cause palestinienne et au droit imprescriptible et inaliénable du peuple palestinien frère à l’établissement d’un Etat indépendant et souverain avec Al Qods-Est comme capitale”, , a indiqué un communiqué du ministère des Affaires étrangères.
Réaffirmant qu”’aucune solution ne saurait être envisagée sans l’association des Palestiniens, notamment quand il s’agit d’une solution contre leurs intérêts”, l’Algérie a exprimé son “attachement à l’Initiative de paix arabe adoptée à Beyrouth lors du sommet de la Ligue arabe, qui est basée sur le principe du retrait total de l’ensemble des territoires arabes occupés en contre-partie d’une paix dans le cadre de la légitimité internationale et des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, notamment les résolutions 242 et 338”, selon la même source.
L’Algérie qui a appelé à “faire preuve de sens de responsabilité”, “exhorte les palestiniens à resserrer les rangs et à parler d’une seule voix”, en insistant sur “l’importance de la coordination de l’action arabe et internationale pour dépasser cet impasse”.
Pour sa part, le président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Slimane Chenine, a dénoncé ce jeudi depuis Ouagadougou (Burkina Faso), la teneur du prétendu “Deal du siècle” pour le règlement du conflit israélo-palestinien, affirmant qu’il ne peut satisfaire le minimum des revendications du peuple palestinien”, a indiqué un communiqué de la chambre basse.
Intervenant lors des travaux du 15e conférence de l’Union des Assemblées des Etats membres de l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI), M. Chenine a affirmé que le deal annoncé mardi par le président américain, Donald Trump, n’était qu’une version actualisée de thèses défendues par des partis sionistes” ajoutant que ce Deal “ne peut satisfaire le minimum des revendications du peuple palestinien et de ses droits confisqués ».
“L’occupation sioniste poursuit sa politique de peuplement et d’expansion, au détriment des territoires et des frontières de la Palestine, et poursuit également ses tentatives d’altérer le statut juridique et historique d’El-Qods Al-Charif, profitant ainsi de la complicité flagrante de certaines grandes puissances”, a-t-il déploré.
Il a relevé que “cette situation entrave tout règlement du conflit, à même de garantir le droit du peuple palestinien à l’autodétermination et à la création d’un Etat indépendant dans les frontières du 4 Juin 1967, notamment au vu des violences et de l’oppression que subies toujours le peuple palestinien “sans aucun respect des dispositions du Droit international”.
De son côté, l’ambassadeur de l’Etat de Palestine à Alger, Amine Makboul a affirmé, jeudi à Alger, que le prétendu plan de paix américain pour le règlement du conflit palestino-israélien dit le “Deal du siècle”, “ne passera pas tant qu’il y a un peuple résistant et une direction qui refuse les décisions qui font fi des droits Palestiniens légitimes”.
Lors d’un sit-in contre “le Deal du siècle” au siège de l’ambassade palestinienne à Alger, l’ambassadeur palestinien a appelé la communauté internationale à faire face à “ce complot” à travers l’application des décisions de la légitimité internationale.
Il a appelé les Etats du monde à être solidaire et à agir pour appliquer les décisions du Conseil de sécurité au sujet de la question palestinienne et faire face à l’empiètement américain”.
L’ambassadeur palestinien a fait savoir que les Palestiniens attendent avec impatience la réunion d’urgence du conseil de la Ligue arabe aujourd’hui pour examiner les répercussions du “deal du siècle” et prendre des mesures pratiques.
Des personnalités nationales et des représentants de partis politiques et de la société civile, ayant pris part au sit-in, ont été unanimes, dans leurs interventions, à rejeter le plan américain, prétendument de paix qui “n’aboutira pas”, évoquant “une décision injuste à l’encontre de la cause palestinienne”.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email