-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les agents de sécurité surveillent les examens à Blida

Les agents de sécurité surveillent les examens à Blida

Répondant à l’appel de leur syndicat autonome, le CNAPESTE, les enseignants sont entrés en grève cyclique d’un jour renouvelable à partir de dimanche. Ils sont à leur deuxième jour, boycottant ainsi les examens de la fin du premier trimestre. Selon le représentant syndical, Merzak Terfai, la grève a été largement suivie.

Aussi, certains chefs d’établissement des cycles moyen et secondaire ont confié la surveillance des examens, outre à des enseignants contractuels, à des adjoints d’éducation ainsi qu’à des agents d’administration qui n’ont pratiquement aucune expérience en la matière.

Pour les enseignants contractuels, la mission est très délicate du fait qu’ils n’ont aucune expérience en la matière. « Il aurait fallu les mettre avec d’anciens professeurs pour qu’ils puissent s’imprégner d’eux et bénéficier de leur expérience », nous explique le responsable du CNAPESTE de la wilaya de Blida. Il ajoute : « Ils ont été jetés en pâture. »

Quant aux autres, « comment peuvent-ils s’en sortir alors qu’ils n’ont jamais été en face d’un public d’apprenants », se demandent des parents d’élèves. Mais ce qui est encore plus grave c’est de « faire appel aux agents de sécurité pour surveiller une classe d’examen, comme cela s’est produit au lycée Hassiba Ben-Bouali de Chebli », souligne-t-on encore.

Ainsi, les sujets ont été remis aux agents de sécurité qui les ont d’abord distribués aux élèves avant de procéder à leur surveillance pendant la durée de la composition. « C’est la première fois dans l’histoire de l’éducation nationale de notre pays qu’une telle tâche, aussi délicate et sérieuse, est confiée à des gens qui n’ont absolument rien à voir avec la pédagogie », estime-t-on.

Où sont donc les parents d’élèves ? Où sont les associations qui ne cessent de crier à tous ceux qui veulent bien les entendre qu’ils ne sont là que pour défendre l’intérêt de l’élève ? Combien de fois avons-nous assisté à des débats ou entendu dire que l’intérêt de l’élève passe avant tout. Dans la wilaya de Blida, l’intérêt de l’élève a été bafoué et même piétiné, et cela avec la complicité de l’administration.

A propos de cette dernière et selon les syndicalistes, « la tutelle au niveau de la wilaya de Blida a fermé toutes les portes du dialogue et même la porte d’accès de l’académie au personnel de l’éducation ».

La première responsable de ce secteur a été convoquée samedi passé au bureau du wali de Blida et le lendemain au ministère de l’Education nationale. Aucune information n’a filtré à propos de la rencontre avec le wali ainsi qu’avec les responsables du ministère, mais il semblerait que c’est dans le but de trouver une issue à cette situation qui pénalise, encore une fois, l’élève.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email