-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les affrontements de retour à Bejaïa

Les affrontements  de retour à Bejaïa

La majeure partie des localités de la wilaya a été paralysée hier suite à la grève des commerçants. Ces derniers ont baissé les rideaux de leurs magasins en dépit de l’appel à la vigilance et à ne pas suivre le mot d’ordre de grève lancé par Abdelkader Boucherit de l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA).

L’appel à la grève avait été lancé en direction des commerçants et des professions libérales sur les réseaux sociaux depuis plusieurs jours déjà.

Les commerçants ont baissé rideau hier dans la majorité des localités de la wilaya de Béjaïa. Excepté dans les villes de Sidi-Aïch et Ouzellaguen où l’on a pu constater nous-mêmes que les magasins étaient ouverts, les villes de la Soummam telles qu’Akbou Tazmalt, Ighil-Ali, Aït R’zine ont été paralysées. Peu de commerçants ont ouvert leur magasin à Akbou.

A Béjaïa, la grève a été relativement suivie dans la matinée, avant qu’elle ne s’accentue dans l’après-midi suite aux échauffourées qui ont éclaté à Nacéria. A la cité Remla, la majorité des commerçants de gros a suivi la grève.

A Akbou, les marchands de gros ont observé un rassemblement au marché de Bouyizène pour protester conte la hausse des prix de location des carreaux. A Sidi-Aïch, les commerçants qui ont ouvert toute la matinée ont été contraints, pour certains, de fermer dans l’après-midi suite à une action de coupure de route. A l’est de Béjaïa, c’est la paralysie.

C’est la région où la grève a été largement suivie. A Aokas, Tichy, Souk El-Tennine, Kherrata, Melbou, Baccarro, Taskariout, Darguina… les commerçants ont préféré laissé les rideaux baissés. A Sidi Ayad et Maâla, des boulangers et quelques magasins d’alimentation générale étaient fermés aussi.

Les grévistes « dénoncent la hausse des taxes contenues dans la nouvelle loi de finances, la multiplication des contrôles des services de la DCP, la hausse des prix de certains produits et les mesures d’austérités décidées par le gouvernement ». Les marchands qui proposent des fruits et légumes aux abords de la RN 26 ont déserté les lieux, notamment à Akbou et Tazmalt.

 A Ouzellaguene, les magasins sont ouverts. Pour leur part, les transporteurs n’ont pas suivi le mot d’ordre de grève mais, dans certaines villes, ont écourté leur journée. Car des routes ont été coupées à Baccacro et partiellement à Sidi-Aïch. Les citoyens sont, en général, d’accord avec les grévistes. Pour eux « il y a trop de hausses et de taxes à la fois et le pouvoir d’achat est déjà érodé ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email