-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les adjoints de l’éducation pour une grève cyclique

Les adjoints de l’éducation pour une grève cyclique

La nouvelle alliance des adjoints et des superviseurs de l’éducation prévoit une grève cyclique dans les prochains jours, suivie par des sit-in régionaux et un autre national.

S’estimant lésés par la nouvelle grille indiciaire des grades et le régime de rémunération, les adjoints et les superviseurs de l’éducation, regroupés dans une alliance, ont décidé de maintenir leur plan d’action. En effet, l’alliance en question prévoit une grève cyclique de deux ou trois jours dont la date sera décidée lors de la réunion de ses membres. Elle a décidé également « le boycott des tâches administratives de fin d’année scolaire en cours, dont les inscriptions scolaires, ainsi que le boycott de la prochaine rentrée 2018-2019 ». Il convient de noter que les adjoints et les superviseurs de l’éducation veulent, à travers ce mouvement de protestation, rejeter la nouvelle grille indiciaire des grades et le régime de rémunération publiés récemment par la tutelle. Ils contestent « leur exclusion, à l’instar d’autres corps des fonctionnaires de l’éducation ». Les adjoints et les superviseurs de l’éducation ont réitéré leur attachement à leur plate-forme de revendications.

Cette dernière tourne autour de « la régularisation de la situation des adjoints et des adjoints principaux de l’éducation, à travers leur promotion de grade de base à superviseur de l’éducation ; l’application des décisions de justice portant sur la régularisation des adjoints intégrés depuis l’année 2002 ; la valorisation des années d’expérience et des diplômes scientifiques et l’organisation de cycles de formation et de perfectionnement pour cette catégorie d’employés afin de leur ouvrir droit aux éventuelles promotions ». Il y a lieu de souligner, en outre, que les adjoints et les superviseurs de l’éducation ne sont pas les seuls fonctionnaires du secteur à s’estimer lésés par la nouvelle grille indiciaire des grades et le régime de rémunération. En signe de protestation contre les dernières mesures prises par la tutelle, les intendants ont décidé de passer à la vitesse supérieure.

La commission nationale des fonctionnaires des services économiques de l’éducation, affiliée à l’Unpef, ont déjà observé une grève nationale les 8 et 9 mai passés et qui a été reconduite hier et aujourd’hui. Ces derniers ont brandi la menace de boycotter les préparatifs du projet de budget 2018, le transfert des excédents financiers de l’année 2017 au Trésor public, ainsi que le contrôle financier de l’année 2017. Il a été décidé également de boycotter les envois de chèques et des situations financières à la direction de l’éducation et au Trésor, et la gestion annexe et tout ce qui en dépend. Aussi, la commission en question a décidé de ne pas assurer l’opération de gestion des manuels scolaires et de ne pas participer aux réunions internes (les conseils) et externes (pour les études et les formations).

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email