-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les acquéreurs Ferbat, ex-filiale de Ferphos, crient au scandale

Les acquéreurs Ferbat, ex-filiale de Ferphos, crient au scandale

« L’ex-Ferbat nous a vendu sur plan en 2006, des logements de type F4 ou F5 et nous attendons toujours en 2016 la fin des travaux promis en 2009 (…) nous avons fait confiance à ce promoteur en sa qualité d’entreprise nationale mais l’escroquerie est énorme et aujourd’hui Ferbat est en liquidation », déclarent ces acquéreurs dans des courriers adressés tant aux autorités locales que nationales.

Ils soulignent également que même le liquidateur désigné à la tête de cette entreprise publique en faillite refuse, non seulement de recevoir les acquéreurs en colère, mais aussi a fait une règle de ne pas répondre aux doléances écrites des acquéreurs.

Ces derniers, preuves à l’appui, dénoncent que les prix des logements ont été faits à la tête du client, ce qui veut dire que le « F5 de Djenen El-Bey a été vendu avec acte à 4 millions de dinars, alors que nos F5 ont été vendu à 1 milliard 400 pour certains et à 2 milliards 250 000 pour les dupes « . Et de signaler que les « surfaces et le plan général annoncés dans le contrat ne correspondent pas à la réalité de nos logements « .

Les acquéreurs, dans leur lettre ouverte aux pouvoirs publics, expliquent que la « livraison de leurs logements prévus en 2009 s’est prolongés d’année en année et que Ferbat a fini de les abandonner avec des carcasses comportant des malfaçons flagrantes et en évaluant les coûts des travaux restants avec une référence prix public des matériaux de 2006 « .

Ainsi, les chantiers sont aujourd’hui dans un délabrement avancé, sans clôtures, bouches d’égout béantes, éclairages défaillants et manque de sécurité.

Les acquéreurs en colère dénoncent avec véhémence que « Ferbat détourne la loi 93, 2004, 2006 puis et 2011 et nous remet un contrat de réservation sans aucune valeur juridique, prenant au piège les acquéreurs.

Alors que nous avons engagé de gros travaux pour rattraper les malfaçons structurelles de ces logements et habitons pour certains dans des logements sans garantie de sécurité, nos actes de propriété sont en souffrances depuis 2006 sous des prétextes mensongers « .

Enfin, les acquéreurs de l’ex-Ferbat, en menaçant de recourir à des actes de protestation devant le siège de la wilaya d’Annaba, exigent qu’on leur remette immédiatement leurs actes notariés et publiés, revoir à la hausse les coûts des travaux abandonnés à la charge des propriétaires, terminer les travaux privatifs et collectifs annoncés, aligner les prix de tous les logements en référence à la promotion de Jenan El-Bey, et indemnisation au titre de retards et de tous les dommages subis.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email