-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les 1 119 m de «Salah-Bey» ouverts à la circulation

Les 1 119 m de «Salah-Bey» ouverts à la circulation

Le transRhumel, finalement baptisé «Salah-Bey» a été officiellement livré à la circulation, hier, par le chef du gouvernement Abdelmalek Sellal. En visite de travail et d’inspection dans la ville du Rocher, le chef de l’exécutif a par ailleurs procédé à l’inspection de nombre de projets en chantier et dont la réalisation obéit au souci de faire de la ville « une attraction « à l’approche de la manifestation culturelle arabe prévue à partir d’avril 2015.

L’ouverture du huitième pont de la ville a été possible après une série d’essais techniques dits essais de charge, qualifiés par le bureau chargé du suivi du chantier de concluants. La réalisation de ce pont géant à haubans, le plus important et désormais le plus long du Maghreb (un projet de réalisation d’un pont haubané à Rabat d’une longueur de 952m est en cours et devrait s’achever en 2015), a été toutefois marquée par quelques perturbations liées à la nature du sol. Le groupement brésilien Andrade-Gutierrez a dû renoncer à plusieurs reprises à la livraison de l’ouvrage en raison justement de problèmes survenus au niveau notamment d’un des deux plus importants piliers.

Conçu selon un design futuriste dont les deux immenses mâts sont effilés au maximum pour ne pas ‘’heurter’’ le panorama de la ville, le viaduc reliera au-dessus de l’oued Rhumel la place dite de l’ONU aux hauteurs de Constantine sur 1 119 m.
Des ramifications et autres échangeurs conçus sur plusieurs kilomètres devront, par ailleurs, relier l’édifice, d’une part, à plusieurs quartiers de la ville ce qui va désengorger les autres ponts devenus trop vieux pour supporter la masse de véhicules, à l’image de celui de Sidi-Rached construit en pierre au début du siècle dernier, et, d’autre part, permettre la jonction avec l’autoroute Est-Ouest. Dans le sillage de sa virée constantinoise, et au cours d’un point de presse, l’hôte de la ville annoncera que la totalité des ponts fera l’objet d’une réhabilitation.

Bien accueilli par les habitants de la ville, ce pont portera désormais le nom d’une des figures ayant le plus marqué la ville millénaire, Salah Bey, auquel s’attachent particulièrement les Constantinoises pourtant trois siècles durant, porté la m’laya en signe de deuil après son assassinat, régna sur le beylik de Constantine de 1771 jusqu’à sa mort en 1792. Le 24e Bey de Constantine est également à l’origine de la construction de Djamaa El-Katanya, et le premier post-Romain reliant les deux rives du rocher, le pont El-Kantara en l’occurrence. Le nouveau viaduc avait été confié en étude et réalisation au groupement brésilien Andrade-Gutierrez pour un montant de 18,7 milliards de dinars.

Réceptionné avant l’expiration du délai contractuel mentionné sur le marché passé avec l’entreprise brésilienne (août 2014), ce projet structurant dont les travaux ont été lancés en 2010 est d’une longueur totale (viaduc, connexions et accès) de 4,3 km. Ce pont, dont le tablier est d’une largeur de 27,34 m pour 2 x 2 voies en plus de trottoirs pour la sécurité des piétons, relie sur une distance de plus de 1 100 m, après avoir enjambé le lit du Rhumel qui se trouve plus de 130 m plus bas, la place de l’ONU, au centre-ville, à la route de Batna avant d’atteindre le plateau du Mansourah à la faveur de la construction d’une nouvelle route de 3 km.

Le Premier ministre avait entamé sa visite dans la capitale de l’Est par l’inspection d’une série de projets en cours. Dont le plus important est le calibrage et l’aménagement du cours de Oued Rhumel-Boumerzoug sur une distance de 18 kilomètres et dont la troisième tranche a été confiée au même groupement sud-coréen en charge de réhabiliter Oued El-Harrach. Cet aménagement devrait, selon les concepteurs du projet, transformer plusieurs points sur l’itinéraire du cours en attraction touristique.

Le chef de l’exécutif a inspecté par ailleurs d’autres infrastructures en chantier à l’image de l’hôtel Marriott où il s’est enquis du taux d’avancement des travaux qui semblent obéir à une cadence très correcte selon les explications fournies à l’hôte de la ville. Ainsi l’infrastructure sera livrée au plus tard au mois de mars 2015, selon les responsables de l’entreprise chinoise conceptrice de la structure. Le Premier ministre, à l’entame de sa visite, a fait une virée à la grande salle de spectacle de type Zenith, dont Constantine a tant besoin.

L’inauguration de la ville universitaire à Ali-Mendjli a également été au menu de la visite de Sellal. La mise en service d’un réservoir d’une capacité de 50 000 m3 la cité El-Guemmas, ou encore l’inspection de l’avancée des travaux de réhabilitation de la maison de la Culture Al-Khalifa dont les travaux semblaient, il y a quelques jours à la traîne. Abdelmalek Sellal a par ailleurs annoncé la réalisation, aux alentours du pôle universitaire, d’un palais scientifique.

Accompagné de quinze ministres, le chef de l’exécutif consacrera l’après-midi à un mini-Conseil des ministres au siège de la cité administrative de la wilaya à Daksi. Au programme des travaux du gouvernement, les préparatifs liés à la manifestation culturelle arabe prévue dans la ville de Benbadis à partir d’avril 2015, mois marquant Yaoum El-Ilm, date anniversaire du décès du cheikh. Une manifestation arabe à laquelle les autorités centrales ont consacré près de 7 milliards de dinars, en sus des 54 milliards de dinars affectés aux différentes réalisations structurelles.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email