-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’équipe de Miloud Chorfi installée sous peu

L’équipe de Miloud Chorfi installée sous peu

L’installation des membres composant l’Autorité de régulation de l’audiovisuel (Arav), « se fera dans les tout prochains jours et toutes les questions ayant trait à l’organisation du secteur de l’audiovisuel seront traitées à cette occasion », c’est ce qu’a déclaré hier au Jeune Indépendant M Miloud Chorfi, président de l’Arav.

Interrogé sur les dispositions prises par rapport à la question de l’autorisation d’émettre qui concerne l’écrasante majorité des chaînes privées en Algérie et sur la lancinante question de la disponibilité de la fréquence auprès de Télédiffusion Algérie, Miloud Chorfi s’est excusé et a insisté pour dire que les réponses appropriées seront apportées à ces questions lors de l’installation des membres qui composent l’instance dont il préside aux destinées.

Miloud Chorfi a été désigné à ce poste le 21 septembre 2014. Son installation dans ses nouvelles fonctions marque la dernière étape dans le processus d’ouverture de l’audiovisuel au privé. Cette ouverture a été rendue publique grâce à l’adoption, en janvier 2014, et sa publication en mars dernier, au Journal officiel, de la loi sur les activités audiovisuelles.

Cinq des neuf membres de l’instance de régulation sont désormais connus. Il s’agit de journalistes et de responsables dans le secteur public de l’audiovisuel et de la radio, à l’instar de Lotfi Cheriet, ancien directeur de Canal Algérie, Zakaria Chabane, ancien directeur de la chaîne de télévision A3, Fayçal Haffaf de la Chaîne III, Soraya Bouamama, journaliste à l’ENTV, et de Brahim Seddiki, ex-directeur de l’information de l’ENTV.

En vertu de la loi sur l’audiovisuel, l’Autorité de régulation de l’audiovisuel « est composée de neuf membres nommés par décret présidentiel : cinq membres, dont le président, sont désignés par le président de la République, deux membres non parlementaires proposés par le président du Conseil de la nation, et deux membres non parlementaires proposés par le président de l’Assemblée populaire nationale ».

La mission de Chorfi est d’assainir dans la transparence le secteur de l’audiovisuel. Mais on reproche déjà à l’instance qu’il préside d’être composée exclusivement de membres issus des médias lourds publics, d’où la tentation d’imposer au champ audiovisuel la vision des pouvoirs publics. Et ce d’autant qu’aujourd’hui, il y a une trentaine de chaînes privées qui activent en Algérie, dont seulement cinq ont des autorisations provisoires.

Les autres travaillent sans aucune autorisation. Au regard de ce texte de loi, la majorité des chaînes privées activant en Algérie sont hors la loi. Elles ne sont pas thématiques et sont détenues à plus de 40% par un seul actionnaire, en violation des dispositions de la loi de janvier 2014.
Par ailleurs, l’Arav est attendue sur la question du financement des chaînes privées diffusant à partir de l’étranger, notamment sur les aspects liés au transfert des devises nécessaires pour leur fonctionnement et la location de studios.

A ces écueils s’ajoutent ceux relatifs aux fréquences d’émission qui restent la propriété de l’Etat. Les fréquences sont incessibles et demeureront la propriété de l’Etat. Leur exploitation est à certaines conditions, a affirmé l’ex-ministre de al Communication et actuel ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, M. Abdelkader Messahel.

Ce responsable a indiqué lors du débat sur la nouvelle loi sur l’audiovisuel, en 2013, que le nombre de fréquences existant est réduit, entre 13 et 15 fréquences. Or, si l’Autorité de régulation entame son travail de régularisation de la situation des chaînes privées existantes et s’il tient compte du fait que le groupe de la Télévision algérienne lancera, lui aussi, des chaînes thématiques, il sera clair alors qu’il n’y aura pas assez de fréquences pour tout le monde et donc pas assez d’autorisations.

Sur cette question de disponibilité des fréquences d’émission, du financement et des contenus des programmes des chaînes privées, l’autorité de régulation de l’audiovisuel, drivée par Miloud Chorfi, est attendue de pied ferme par les professionnels et les observateurs qui suivent le dossier.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email