-- -- -- / -- -- --
Sports

L’Entente enrichit son palmarès

L’Entente enrichit son palmarès

C’est enfin chose faite pour l’Entente de Sétif qui vient d’enrichir son palmarès par le seul trophée qui manquait à sa très belle vitrine à savoir la Supercoupe d’Algérie.

Une consécration arrachée à l’issue de petite mais précieuse victoire acquise devant une coriace formation du MO Béjaia, loin d’avoir démérité. Un seul petit but de Belameiri, qui a tout son pesant d’or inscrit dans les dernières minutes de la partie, a fait la différence, mettant fin ainsi au signe indien dans cette compétition de prestige puisque mettant aux prises le champion en titre sortant l’ESS et le vainqueur de la coupe d’Algérie, le MOB.

Belameiri a été certes le héros de cette finale qui coïncide avec cette date historique du 1er Novembre, mais force est de reconnaître que si l’Entente a encore une fois perpétué la tradition, elle le doit aussi au coaching gagnant de Kheireddine Madoui sur la belle pelouse du stade Hamlaoui loin d’avoir fait le plein. L’Entente a su attendre son moment pour porter son coup fatal devant les Crabes du MO Béjaïa qui s’en voudront longtemps d’avoir raté une belle occasion de prendre l’avantage au score après le penalty raté de Zerdab à la 49’.

Le tournant du match en fait pour les Ententistes qui ont enfin goûter aux joies du seul trophée qui leur manquait, faut-il le rappeler. En effet, après deux tentatives infructueuses dans cette compétition en 2007 et 2014 face respectivement au MCA et à l’USMA, l’ESS a vaincu ce dimanche le signe indien à la grande joie de son président Hammar et de ses milliers de supporters qui ont toujours cru en leur équipe et ses capacités à vouloir et pouvoir relever cet autre défi.

L’Aigle sétifien était encore une fois au rendez-vous en puisant dans ses ressources et son légendaire second souffle pour écrire une autre belle page de son histoire. Une belle consécration quelle que soit sa valeur car venue au bon moment pour renforcer davantage les liens d’un effectif qui est passé par des moments de doute après son élimination de la dernière Ligue des champions.

Et c’est de bon augure pour ce qui va venir d’autant que l’équipe de Madoui reste sur une bonne courbe en championnat. En somme, mission accomplie pour les protégés de Madoui, même si en face le MOB n’a pas démérité et pouvait prétendre à mieux. 

Ce dimanche 1er novembre les dieux du stade avaient choisi l’ESS et les Mobistes ne doivent que s’en vouloir pour ne pas avoir su saisir leur chance dans cette rencontre très loin d’avoir emballé tout le monde sur le plan technique. Il faut juste remonter le fil de la rencontre et notamment la première mi-temps pour s’apercevoir que les deux gardiens n’ont pas eu à se déployer ou sortir le grand jeu.

Ce n’est pour preuve qu’à une minute de la pause-citron que l’Entente a fait sortir tout le monde de sa monotonie par une première occasion orchestrée par le latéral gauche Hachi mais malheureusement mal exploité par le Malgache Amada.

La seconde mi-temps fut un peu plus captivante puisque d’un côté comme de l’autre on a daigné jouer au ballon et prendre un peu plus de risque. Et ce sont justement les Crabes qui sont passés les premiers à l’action comme cette incursion de Hamzaoui qui prit de vitesse Benlamri. Ce dernier n’a pas trouvé mieux que de fauter et obliger le référé à désigner la sentence.

Chargé de transformer le coup de pied de réparation, Zerdab verra son tir percuter le haut de la transversale avant de sortir. Ce fut le tournant du match pour les Crabes. C’est le moment choisi par Kheireddine Madoui pour injecter du sang neuf à son effectif. Les rentrées du feu follet Belameiri et le vieux renard Ziaya paieront par la suite. Belameiri, à partir d’une touche obtenue par Ziaya, finira par trouver la faille à la 84’. La suite, les Noir et Blanc surent la gérer avec beaucoup de métier pour laisser place à une véritable joie qui envahira dans la soirée Aïn-Fouara et toute la ville de Sid El Khier.

Déclarations des entraîneurs 

Abdelkader Amrani  (ent. MO Béjaïa) :

« Il n’était pas aisé de remporter ce match vu que plusieurs de mes joueurs étaient diminués en raison de blessures. La fatigue s’est fait ressentir en seconde période, d’autant que le terrain était un peu lourd et demandait des surcroîts d’efforts. Je regrette comme tous mes joueurs le penalty raté en début de seconde période, surtout que nous nous étions préparés pour les éventuels tirs au but, mais le football est ainsi fait, il y a des jours où rien ne réussit. Permettez-moi également de vous dire qu’à mon avis, la ville de Constantine, avec ce stade, ce terrain et les nouvelles infrastructures hôtelières récemment inaugurées, mérite d’accueillir des rencontres de l’équipe nationale ».

Kheireddine Madoui  (ent. ES Sétif) :

« Je suis fier de mes joueurs qui ont su réagir après la dernière défaite en championnat, mais nous aurions pu mettre au fond les occasions que nous sommes procurées.

J’ai senti les joueurs de Béjaïa un peu fatigués après la pause, ce qui m’a conduit à incorporer El Hadi Belameiri qui ne m’a pas déçu en nous offrant la victoire. Un succès que j’estime mérité et qui aura pour effet de desserrer la pression que subissaient les joueurs, tout en nous permettant d’ouvrir une nouvelle page. C’est vrai que j’ai reçu des propositions, notamment pour coacher l’équipe nationale de Libye, mais je suis à l’ESS ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email