-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’enseignement de Tamazight sera généralisé progressivement

L’enseignement de Tamazight sera généralisé progressivement

La langue tamazight sera généralisée progressivement dans tous les établissements scolaires du pays, a affirmé, jeudi la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit.
« Avec les nouvelles promotions de professeurs de la langue, Tamazight sera enseigné dans tous les établissements scolaires et ne sera pas seulement le choix des parents d’élèves parlant cette langue, comme c’est le cas aujourd’hui », a indiqué, jeudi, Mme Benghebrit en marge d’une visite de travail dans la wilaya d’Oran où elle a inauguré une nouvelle école primaire à haï El Yasmine commune de Bir El Djir à l’Est d’Oran. Elle a rappelé à ce propos que Tamazight est actuellement enseigné dans 21 wilayas du pays contre 11 wilayas durant l’année scolaire précédente.

« Nous souhaitons que, progressivement, cette langue sera enseignée dans toutes les wilayas et, à terme, au niveau de tous les établissements scolaires du pays », a déclaré madame la ministre.

S’adressant aux enseignants et aux cadres de l’éducation de la wilaya et ceux du ministère, Mme Benghebrit a souligné l’importance de la généralisation de la langue amazighe, qui « est partie intégrante du patrimoine du pays ». madame la ministre a insisté, par ailleurs, sur le fait que Tamazight est une matière comme toutes les autres à l’école. « Les notes obtenues par l’élève seront prises en compte dans le calcul de la moyenne », a-t-elle. 

Installation du premier « Collège inspectoral « du secteur de l’éducation

A l’occasion de sa visite de travail et d’inspection à la wilaya d’Oran, Mme Nouria Benghebrit a procédé à l’installation du premier « Collège inspectoral « du secteur. Appelée également « Conseil inspectoral « , cette structure de l’éducation nationale sera installée progressivement dans toutes les wilayas du pays, a annoncé. Mme Benghebrit.

Elles a souligné que « ce nouvel instrument a pour objectif de fédérer les énergies, car la réussite du processus d’enseignement dépend grandement des missions et de la mobilisation des inspecteurs, avec une vigilance à toute épreuve « , tout en rappelant que les inspecteurs de l’éducation jouent un rôle primordial dans l’amélioration des pratiques pédagogiques et administratives. A travers l’installation de ce Conseil, les inspecteurs auront d’autres missions à effectuer.

« Votre mission ne se limite pas à l’inspection et au contrôle. Vous avez un rôle important à jouer dans la formation des enseignants et du personnel de l’éducation nationale et vous devez participer aux travaux de recherche, chacun dans son domaine d’intervention (pédagogie, administration et finances) « , a indiqué Madame la ministre, en s’adressant aux inspecteurs. Et d’ajouter, dans le même ordre d’idées : « Nous avons besoin de votre soutien pour mettre en place une école de qualité avec trois mots clés, à savoir initier, élargir et renforcer, ceci pour mettre en œuvre la feuille de route du ministère de l’Education nationale « .

Celle-ci a, d’autre part, exhorté les inspecteurs à ne pas hésiter à prendre l’initiative dans leurs domaines respectifs d’intervention et à une gestion adaptée du temps scolaire, afin d’arriver à réaliser une année scolaire de 32 semaines effectives d’enseignement, ainsi que d’autres volets de leur mission.

Un levier de la mise en œuvre de la politique de l’éducation nationale

Le « Conseil inspectoral « est considéré comme un levier de la mise en œuvre de la politique de l’Education nationale, a indiqué, de son côté, l’inspecteur général du ministère de l’Education nationale, Messeguem Nedjadi.

Ce dernier explique que ce nouvel instrument, qui comprend dix membres, constitue « une passerelle entre les inspecteurs et la direction de l’éducation et le ministère de tutelle « , est également une force de proposition et un interlocuteur de choix avec tous les intervenants de l’éducation nationale.

Le responsable a tenu à rappeler que généralement, les inspecteurs sont dispersés, éparpillés et il existe même des conflits entre différentes catégories d’inspecteurs, notamment entre ceux de la pédagogie et ceux de l’administration.

« Le collège est mis en place afin de réunir tous les inspecteurs, sans distinction. Des réunions périodiques devraient être organisées « , a-t-il déclaré, soulignant que la mission du conseil est de décrire et d’analyser la situation du secteur dans une wilaya.

Il participe également à l’élaboration des projets éducatifs. « Doté d’un programme, le Conseil rédige des rapports sur la situation qui prévaut dans le secteur « , a-t-il ajouté indiquant que cette initiative entre dans le cadre de l’amélioration de la gouvernance et des mesures prises par le ministère.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email