-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’enquête sur le crash de l’Antonov 12 à Tamanrasset s’élargit à Kiev

L’enquête sur le crash de l’Antonov 12 à Tamanrasset s’élargit à Kiev

L’enquête ouverte par la Gendarmerie nationale suite au crash de l’avion ukrainien, un Antonov 12, le 29 août passé à Tamanrasset qui a fait, rappelons-le, sept morts parmi les membres de l’équipage, tous de nationalité ukrainienne, avance à grands pas, selon une source proche de la Gendarmerie.

Cette source ajoute que les cadavres et les restes humains, ainsi que les ossements des membres de l’équipage de l’avion ukrainien ont été transférés à la morgue d’El- Alia à Alger pour que les enquêteurs de l’Institut national de criminologie et de criminalistique (INCC) puissent procéder à des prélèvements ADN des victimes.

Les tests ADN seront, par la suite, soumis à des comparaisons avec des prises de sang de référence, c’est-à-dire celles pratiquées sur les membres de leurs familles qui, poursuit la même source, ont été faites par les services de sécurité ukrainiens à Kiev. Il est à noter que des techniciens et des enquêteurs ukrainiens sont arrivés il y a quelques jours à Alger, dans le cadre d’une action commune entre les services de sécurité ukrainiens et les gendarmes algériens.

Les Ukrainiens ont ramené avec eux des prélèvements de sang des familles des victimes du crash, lesquels prélèvements seront comparés avec les résultats des tests ADN obtenus par les gendarmes de l’INCC de Bouchaoui.

En parallèle à cette action, le parquet de Tamanrasset est en action commune avec le parquet d’Alger, du moment que les cadavres et les restes humains des sept membres de l’équipage ukrainien ont été transférés de Tamanrasset vers Alger. Sur ce plan, le parquet de Tamanrasset a dépêché une délégation à Alger pour suivre l’évolution de l’enquête avec la coopération du parquet d’Alger, explique, d’autre part, une source judiciaire.

A noter également que la justice algérienne chapeaute l’affaire du crash avec les ministères des AE, de la Justice et l’ambassade de l’Ukraine à Alger. 

Il est à préciser que les experts gendarmes de l’INCC, qui se sont déplacés le jour même du crash à Tamanrasset, ont débuté une enquête primaire qui consistait à ramasser tous les restes de chair humaine, les ossements et aussi des débris de l’épave. La même source précise que certains cadavres de l’équipage ukrainien étaient totalement carbonisés, tandis que d’autres étaient complètement déchiquetés du fait de l’intensité du crash dans une zone rocheuse. 

Elle ajoute que les experts de l’INCC, appuyés par les éléments de la Section de recherches de la gendarmerie de Tamanrasset, ont ramassé tous les corps des victimes ainsi que les restes de chair humaine et les ossements, avant de les transférer vers la morgue de l’hôpital de Tamanrasset. Là, les enquêteurs de l’INCC issus des deux brigades spécialisées en identification et en empreintes digitales , ainsi que celle spécialisée dans les scènes de crimes, sont entrés en action en prélevant les empreintes digitales des victimes. Par ailleurs, les deux boîtes de l’avion ukrainien ont été retrouvées et récupérées.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email