-- -- -- / -- -- --
Nationale

Legislatives : Le plan anti “chkara” d’Ould Abbès

Legislatives : Le plan anti “chkara” d’Ould Abbès

Le SG du FLN, Djamel Ould Abbès, a émis une seconde instruction relative aux futurs candidats aux prochaines élections législatives. Elle trace le profil du candidat en vue du scrutin d’avril prochain.

Le FLN version Ould Abbès a-t-il délibérément retiré le critère relatif à l’ancienneté du candidat pour les élections législatives ? En effet, tout porte à le croire au vu de l’instruction n° 2 en date du 14 janvier signée par le SG et adressée aux secrétaires de mouhafada, aux présidents des commissions transitoires et aux secrétaires de kasma, dans laquelle il énumère les sept critères dont doit se prévaloir le futur candidat aux élections législatives et qui entrent dans la cadre du classement final.

Ce critère de choix qui a fait office de verrou pour se protéger contre les intrus ou les opportunistes a été supprimé. Est-ce un oubli de la part du nouveau locataire du siège de Hydra ou tout simplement une nouvelle politique destinée à ratisser large au sein de toutes les couches de la société ? : « Tous les militants, sans exception, âgés de 25 ans et plus, ont le droit de se porter candidat et l’ère des désignations et cooptations est révolue », a souligné Ould Abbès. Pourtant, ce critère d’ancienneté a toujours prévalu au sein du plus vieux parti depuis l’indépendance.

Les critères exigés pour tout candidat et mis en avant par le SG du parti se rapportent à la fidélité au programme et à la personne du président de la République, au parti, l’exigence de la compétence, l’expérience avérée, une bonne réputation au sein de la population locale ainsi que des qualités morales, n’avoir aucun antécédent judiciaire et enfin avoir une bonne estime de la part de la population.

En plus des conditions posées par le code électoral, la direction du FLN a exigé que les candidats du parti soient « propres, crédibles et avoir de bons rapports avec les citoyens ».

Cette deuxième instruction est présentée par Ould Abbès comme un dispositif anti- chkara car, selon lui, « ceux sur lesquels pèsent des doutes et soupçons sur la manière d’acquisition de leurs biens et fortune, seront exclus des candidatures du parti aux législatives ».

Ce sont les mouhafedhs qui se chargeront de trier et d’établir à leur niveau les listes électorales. Le dernier mot reviendra à la commission nationale présidée par les secrétaires généraux du parti. C’est le cursus du militant qui comptera en fi de compte selon les critères arrêtés par la nouvelle direction du FLN. La feuille de route prend aussi en considération ceux qui sont nés avant 1941.

Ces derniers ne doivent pas être compromis par un comportement contraire à la Révolution de Novembre et sont sommés de le justifier par une attestation qui sera jointe au dossier de candidature.

Ces commissions de wilaya seront composées des parlementaires, des membres du comité central ainsi que des mouhafedhs. Les commissions de candidatures ne doivent pas classer les candidats dans les listes préliminaires qui seront transmises au secrétariat général afin de vérifier leur conformité. 

Le classement interviendrait après la validation des listes par le secrétariat national.

L’établissement des listes se fera entre le 7 février et le 27 du même mois, est-il indiqué dans cette instruction. La direction du parti a ainsi fixé le 30 janvier comme date-butoir au dépôt des dossiers de candidature auprès des commissions qui seront constituées et ce, jusqu’au 21 janvier.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email