Legislatives en France: la gauche crée la surprise, l’extrême-droite recalée – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Monde Europe

Legislatives en France: la gauche crée la surprise, l’extrême-droite recalée

Legislatives en France: la gauche crée la surprise, l’extrême-droite recalée

le Nouveau Front populaire crée la surprise et arrive en tête du 2d tour des législatives en France qui s’est déroulé ce dimanche, le RN échoue à la 3e place derrière le camp présidentiel.

Aucun des principaux blocs politiques n’obtient de majorité absolue à l’Assemblée nationale. La question du futur gouvernement reste entière à l’issue du second tour.

Organisé dans l’urgence, le front républicain a fait barrage au Rassemblement national et ses alliés, à l’issue du second tour des élections législatives, dimanche 7 juillet. Contre toute attente, le Nouveau Front populaire arrive de peu en tête, avec une fourchette comprise entre 177 et 192 députés au sein du nouvel hémicycle, selon notre estimation Ipsos-Talan pour France Télévisions, Radio France, France 24, RFI et LCP.

La participation pour ce second tour s’élève à 67,1%, selon notre estimation, un niveau légèrement supérieur à celui du premier tour, et jamais vu depuis 1997.

Pour la coalition de gauche formée au lendemain de la dissolution, c’est une nette avancée par rapport au contingent de 150 députés envoyé à l’Assemblée nationale par la Nupes après les législatives de 2022. A l’issue de ce scrutin, les équilibres internes au bloc de gauche sont modifiés. La France insoumise (LFI), qui formait un groupe de 75 députés dans l’Assemblée sortante, obtient de 73 à 80 sièges.

Le Parti socialiste passe quant à lui d’un groupe de 31 élus à une fourchette comprise entre 60 et 64 sièges. Les Ecologistes disposeront de 33 à 36 sièges, contre 21 jusqu’à présent. Enfin, le Parti communiste français enverrait 11 à 12 élus au Palais-Bourbon. Hors NFP, 14 candidats divers gauche sont élus au second tour, d’après l’estimation d’Ipsos-Talan.

Qualifiés dans 441 circonscriptions au second tour, le Rassemblement national et ses alliés semblaient en mesure de s’emparer d’une majorité à l’Assemblée nationale pour la première fois dans la Ve République. Mais après les nombreux désistements intervenus dans l’entre-deux-tours, le parti de Marine

Le Pen et Jordan Bardella perd son pari. Il obtient, selon notre estimation, entre 138 et 145 élus au terme du second tour. Il améliore toutefois son score par rapport à 2022, où il avait envoyé 89 députés à l’Assemblée.

A lui seul, le parti de Marine Le Pen et Jordan Bardella s’empare de 124 à 128 sièges. Alliés à l’extrême droite, le président contesté des Républicains, Eric Ciotti, et ses soutiens auront quant à eux de 14 à 17 députés.

Derrière la coalition de gauche, mais devant le RN et ses alliés, le bloc présidentiel réuni sous la bannière Ensemble perd la majorité relative qu’il détenait de 2022 à 2024. Ce qui donne à penser que le camp président Macron devrait opter pour une alliance.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email