-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le wali de Blida réunit les protagonistes

Le wali de Blida réunit les protagonistes

Le rôle d’un contrôleur financier dans une wilaya est de veiller au grain lorsqu’un s’agit de dépenser le moindre centime du Trésor public. Pour se faire, il doit vérifier toutes les dépenses inscrites dans des opérations financières et réalisées dans le strict respect des opérations comptables.

Et de ce fait, certains projets peuvent être complètement à l’arrêt suite à une mauvaise écriture comptable, des factures non payées à cause d’un chiffre manquant, des marchés publics non approuvés à cause de documents non justifiés, des travailleurs des communes ne percevant pas leur salaire à temps à cause d’une rature… Malheureusement, c’est ce qui se passe dans la wilaya de Blida.

Dans le but de ne plus freiner, surtout, le développement local, le wali de Blida a organisé la semaine écoulée une journée d’information et de formation au profit des P/APC et des secrétaires généraux des 25 communes composant la wilaya.

Prenant la parole en présence du directeur régional du Trésor, du secrétaire général de la wilaya ainsi que du directeur de l’Administration locale, Abdelkader Bouazghi a précisé que « pour que l’action sociale aboutisse, il faut qu’il y ait une solidarité entre l’ordonnateur et le comptable public. Une solidarité qui permettra la satisfaction des citoyens et le développement de la wilaya ».

Lors de son intervention, le premier responsable de la wilaya a tenté de faire passer un message sur l’établissement permanente d’une communication entre l’ordonnateur, le comptable et le contrôleur financier afin d’éviter les blocages financiers qui influent négativement sur le développement local de la wilaya.

« Il faut avoir une politique de communication pour lever toute équivoque susceptible de bloquer des opérations financières », lança-t-il dans ce sens, tout en rappelant que malgré une manne financière importante mise à la disposition de la wilaya, 51% seulement de cette dernière a été consommée durant l’année écoulée.

En guise de réponse à cette situation, le directeur régional du trésor explique : « Nous avons constaté qu’il y a une défaillance au niveau des mairies pour transmettre l’information aux institutions de contrôle. Les solutions existent mais il faut d’abord identifier les anomalies. »

« C’est l’objectif de cette rencontre », estime Mohamed Amine. Et d’ajouter plus loin que la venue d’un contrôle financier, en 2013, était très bénéfiques pour les mairies, étant donné qu’avant cette date ces dernières étouffaient dans les dettes.

Il avoua qu’aujourd’hui 90 % de ces problèmes sont réglés et ne restent que certaines lacunes qu’il faut régler. « Lors des prochaines rencontres, nous développeront les détails de ces problèmes » dira-t-il.

Il réplique également à certains qui voient le contrôle financier comme étant un blocage. Il estime que « Le rôle du contrôleur financier n’est pas de bloquer les opérations comme le prétendent certains, mais il est là pour s’assurer de la conformité de la dépense avec les lois et le règlement, la disponibilité des crédits ou des postes budgétaires, la concordance du montant de l’engagement avec les éléments contenus dans le document annexés ».

Et d’ajouter : « Pourquoi n’avons-nous pas de problèmes avec les directions de l’exécutif ? Et les problèmes ne sont qu’avec les APC », lança-t-il en direction de ses détracteurs. D’un autre côté, certains qui sont concernés par ce fait ont tenu à éclairer certaines irrégularités ou soupçons émis par les comptables communaux en déclarant : « Nous aussi, nous sommes contrôlés par la Cour des comptes et de manière régulière ».

« Devant la loi, nous sommes responsables des dépenses des deniers publics et nous n’avons pas le droit à l’erreur », lance un des contrôleurs financiers.

Avant de se séparer, une fiche de présentation a été distribuée aux P/APC et une commission ad hoc a été constituée afin de prendre en charge leurs doléances vis-à-vis du CF.
Néanmoins, le wali a insisté sur trois principes qu’il faut à tout point retenir afin de faire avancer la wilaya : la communication, la solidarité et le respect de la réglementation. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email