-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le vote du plan avancé : Ouyahia en terrain conquis

Le vote du plan avancé  : Ouyahia en terrain conquis

Le débat autour du plan d’action du gouvernement Ouyahia s’est poursuivi hier pour son dernier jour avec les interventions des chefs des groupes parlementaires, alors que les réponses du Premier ministre auront lieu cet après-midi. Auparavant, et dans la matinée, une résolution des membres du Conseil de la nation sera lue.

Et c’est sans grande surprise que le texte sera voté cet après-midi à la majorité absolue, faute d’intervenants. A la différence de l’Assemblée nationale où l’opposition, qui ne compte pas moins de 100 députés s’est ruée sur le Premier ministre, au Conseil de la nation elle ne s’est guère manifestée puisqu’elle n’est représentée que par quatre sénateurs tous issus du FFS.

Le Dr Moussa Tamadartaza, du FFS, a vainement tenté de jouer les trouble-fête. Ce denier ne s’est pas gêné pour critiquer le recours du gouvernement au financement non conventionnel : « La planification fait défaut dans l’actuelle politique économique », a-t-il estimé, s’interrogeant ensuite si le financement non conventionnel est « le seul moyen et l’unique issue de sortie de la crise ».

Pour leur part, la soixantaine de sénateurs de la majorité présidentielle ont tous salué les mesures contenues dans le plan d’action du gouvernement, particulièrement les réformes devant être appliquées dans le secteur des finances et les nouvelles mesures prises pour soutenir la croissance, demandant par ailleurs des éclaircissements sur le mécanisme de financement interne non conventionnel.

Les sénateurs ont unanimement mis en avant « la pertinence et l’efficacité des mesures » prises par le gouvernement pour « faire face à la crise économique et financière actuelle ».

Ils ont appelé le gouvernement à fournir davantage d’éclaircissements quant à sa décision d’amender la loi sur la monnaie et le crédit pour permettre à la Banque centrale d’emprunter au Trésor public des sommes devant être injectées dans l’économie nationale en vue de financer les projets programmés et relancer la croissance dans les différents secteurs.

Le débat sur le Plan d’action du gouvernement s’est poursuivi hier, le Premier ministre devant répondre aux questions du sénateur cet après-midi avant le vote dudit plan. En effet, l’approbation du plan d’action du gouvernement par le Conseil de la nation a été avancée à aujourd’hui alors qu’elle était prévue pour jeudi.

Le président du Conseil de la nation a décidé de l’avancer à aujourd’hui faute d’interventions et de débat de la part des sénateurs. Plusieurs interventions ont été annulées. Sur la liste des 63 sénateurs inscrits pour intervenir, 27 sont issus du RND, parti d’Ahmed Ouyahia, 20 représentent le FLN, tandis que les 15 autres siègent au titre du tiers présidentiel.

Dans la matinée, le prejet de loi de finances 2018 sera présenté au gouvernement par le ministre des Finances, Raouiya. Pour rappel, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, avait déclaré jeudi dernier à l’APN que le budget de fonctionnement prévu pour l’exercice 2018 ne serait pas augmenté, et ce, contrairement au budget d’équipement qui sera revu à la hausse du fait de l’augmentation du coût des projets de développement des communes et des crédits du Fonds spécial du Sud et dans les Hautsplateaux, ainsi que l’assainissement des dettes des entreprises.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email