-- -- -- / -- -- --
Monde

Le vendredi rouge de Daech

Le vendredi rouge de Daech

Tunisie, Koweït, France : les attaques terroristes qui ont visé ces trois pays hier matin étaient-elles synchronisées ? Le groupe terroriste Etat islamique serait selon toute vraisemblance derrière cette vague d’attentat terroriste entend démontrer ses capacités de nuisance.

Pis, DAESH prétend ainsi pouvoir frapper quasi simultanément dans plusieurs pays situés dans des continents différents : Afrique, Asie et Europe. Le précédent est plus que dangereux, il démontre l’existence de cellules dormantes dans plusieurs pays. La réponse doit être à la hauteur du défi.

La Tunisie d’abord, une attaque contre un hôtel de la station balnéaire de Sousse, a fait 27 morts et les forces de sécurité ont abattu l’un des assaillants, a annoncé un responsable du ministère tunisien de l’Intérieur.

Un précédent bilan faisait état de 19 morts. Le bilan est passé à « 27 morts et parmi eux figurent des touristes », a déclaré, en début d’après-midi, le porte-parole du ministère tunisien de l’Intérieur, Mohamed Ali Aroui, sans pouvoir fournir de précision pour l’instant sur leur nationalité.

Cette attaque a visé l’hôtel Riu Imperial Marhaba et le Soviva, dans la zone touristique de Sousse, ont rapporté la radio tunisienne et une source sécuritaire.

Des témoins ont vu le corps d’un des assaillants, avec un fusil d’assaut Kalachnikov près de lui, sur les lieux de l’attaque. L’homme a été tué lors d’une fusillade avec la police. Un témoin a posté des images de l’attaque sur les réseaux sociaux, prises devant le Riu Imperial Marhaba Resort, spécialisé dans la thalassothérapie.

On peut voir deux corps d’hommes allongés dans le sable, dont un recouvert par une serviette de plage.
Même si pour le moment, l’attaque de Sousse n’a pas été revendiquée, elle porte néanmoins la signature des terroristes de l’EI. La Tunisie est en état d’alerte maximale depuis l’attentat contre le musée du Bardo, à Tunis, qui a fait 22 morts, dont 21 touristes étrangers, en mars dernier. La ville balnéaire de Sousse, à 140 km au sud de Tunis, est l’une des destinations préférées des touristes européens en Tunisie.

Au Koweït, ce ne sont pas les touristes qui ont été visé mais les fidèles d’une mosquée fréquentée par la minorité chiite du pays. Au moins 13 personnes sont mortes dans un attentat revendiqué par le groupe terroriste Etat islamique (EI) contre une mosquée, ont indiqué les secours.

Le groupe terroriste a revendiqué l’attaque, perpétrée pendant la grande prière dans la mosquée Al-Imam al-Sadeq à Koweït City, au second vendredi du mois de ramadan.

Dans un communiqué, la « Province de Najd », qui s’est récemment manifestée comme la branche saoudienne de l’EI, affirme qu’un kamikaze, Abou Souleiman al-Muwahhid, a perpétré l’attentat contre une mosquée qui « répandait l’enseignement chiite parmi la population sunnite » (sic). Selon les secours, outre les 13 morts, 25 personnes ont été hospitalisées.

En France enfin, moins de six mois après les attentats meurtriers de Paris, une attaque terroriste a visé une entreprise située près de Lyon, faisant deux blessés légers dans une explosion et un mort, un homme dont le corps décapité a été retrouvé sur le site. Un suspect, fiché en 2006 pour « radicalisation » par les services de sécurité intérieure, a été arrêté, a annoncé le ministre français de l’Intérieur, qui s’est rendu sur les lieux de l’attentat.

Des complices potentiels ont été placés en garde à vue, a dit à la presse Bernard Cazeneuve.
L’auteur présumé de l’attentat, actuellement entendu, n’avait pas de casier judiciaire, contrairement aux auteurs des attentats de janvier qui ont fait 17 morts. Il a été neutralisé par un pompier intervenu sur les lieux après une déflagration.

L’homme, qui résiderait à Saint-Priest dans la région lyonnaise, avait fait l’objet d’un signalement en raison de sa radicalisation en 2006 qui n’a pas été renouvelé en 2008. Lié à la mouvance salafiste, « il n’était pas connu pour être en lien avec des acteurs terroristes », a dit le ministre français de l’Intérieur. L’homme s’appelle Yassin Sahli selon Bernard Cazeneuve. Il a 35 ans et a été légèrement blessé à la tête lors de l’attaque.

L’attentat n’a pas été revendiqué à ce stade, mais le corps décapité d’un homme, avec des inscriptions en arabe, a été retrouvé, ainsi que des drapeaux noirs et blancs portant eux aussi des formules en arabe. La décapitation rappelle les méthodes de l’Etat islamique (EI).

« L’attaque est de nature terroriste dès lors qu’il a été retrouvé un cadavre décapité avec des inscriptions », a déclaré François Hollande à Bruxelles, où il a quitté le Conseil européen pour regagner Paris. « L’intention ne fait pas de doute, c’est de provoquer une explosion », a-t-il souligné.

Ce vendredi 26 juin a été un vendredi sanglant ! Plus de 40 morts dans trois pays différents. Le terrorisme financé et favorisé par certains de ces victimes d’hier s’est retourné contre ses propres géniteurs. Ce n’est pas un simple retour de flamme : ce sont des sociétés en périls !

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email