-- -- -- / -- -- --
Monde Amériques

Le variant Omicron domine aux Etats-Unis

Le variant Omicron domine aux Etats-Unis

Le variant Omicron, dont la propagation est rapide, représente désormais près des trois quarts des nouveaux cas de COVID-19 dépistés aux États-Unis, selon des données rendues publiques lundi 20 décembre par les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC).

Selon les Centres pour le contrôle et la prévention des maladiesCDC, la proportion des nouveaux cas attribuables à ce nouveau variant a atteint 73,2 % pour la semaine s’étant terminée le 18 décembre, par rapport à seulement 26,6 % de cas associés au variant Delta.

La semaine dernière, il ne constituait que 12,6 % des nouveaux cas, selon les estimations des Centres pour le contrôle et la prévention des maladiesCDC.

Sa prévalence est encore particulièrement forte dans certaines régions du pays, comme le sud-est, qui comprend entre autres l’Alabama, la Floride et le Mississippi, et le nord-ouest, qui inclut l’Idaho, l’Oregon et Washington. Le variant y représente respectivement 95,2 % et 96,3 % des nouveaux cas.

Signe de sa transmissibilité phénoménale, il n’aura fallu que 19 jours après le premier cas d’Omicron détecté sur le sol américain pour que le variant devienne la souche dominante du pays.

À titre comparatif, le variant Delta, devenu dominant au début juillet, avait été identifié pour la première fois sur le territoire américain au printemps. Il était considéré comme deux fois plus contagieux que les variants précédents.

Et le variant Omicron, en progression partout dans le monde, est loin d’avoir terminé sa trajectoire.

Les Américains doivent s’attendre à des semaines, voire des mois difficiles, a prévenu l’immunologiste en chef de la Maison-Blanche, Anthony Fauci, dimanche sur les ondes de CNN, s’inquiétant de la proportion de personnes non vaccinées.

D’après les chiffres des Centres pour le contrôle et la prévention des maladiesCDC , seulement 65,4 % des Américains de plus de 5 ans ont une vaccination complète (une ou deux doses, selon le vaccin), et 32,4 % ont reçu une injection additionnelle.

« Si vous n’êtes pas vacciné, je suis inquiet pour vous. Je suis inquiet, car votre risque d’être hospitalisé ou, Dieu vous en préserve, de perdre la vie à cause de ce virus, est assez important. », a affirmé Dr Vivek Murthy, directeur du Service de santé publique des États-Unis.
«Il y aura une différence marquée entre l’expérience de ceux qui ont reçu le vaccin et ont une injection de rappel et ceux qui ne l’ont pas fait», a-t-il mis en garde, réitérant l’appel des experts en santé publique en faveur de la vaccination.

Le pays recensait au 19 décembre une moyenne quotidienne d’environ 133 000 nouveaux cas sur 7 jours, comparativement à 86 500 au début du mois, d’après un recoupement du New York Times.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email