-- -- -- / -- -- --
Lifestyle Santé

Le vaccin antigrippal introuvable

Le vaccin antigrippal introuvable

Une dizaine de jours à peine après le lancement de la campagne annuelle de vaccination contre la grippe saisonnière, le 3 novembre dernier, rien ne va plus. Dans nombre d’officines, le vaccin antigrippal est introuvable.

Malgré les assurances du ministère de la Santé quant à la disponibilité du vaccin contre la grippe saisonnière, celui-ci demeure introuvable. Plusieurs pharmacies ne sont déjà plus en capacité de fournir un vaccin contre la grippe à des personnes pourtant prioritaires, notamment les personnes âgées et les malades chroniques. Les autorités sanitaires ont affirmé que 1,8 million de doses ont été importées mais les citoyens s’interrogent sur l’équitabilité quant à leur distribution. En effet, plusieurs centres de santé, pris d’assaut par les citoyens, n’ont toujours pas reçu leur quota. Ce vaccin, vendu cette année à 1 400 DA, est très demandé, notamment avec la propagation de l’épidémie de la Covid-19. Une virée dans quelques centres de santé nous a permis de faire ce constat désolant. Dans l’un de ces établissements de proximité, l’un des agents nous a expliqué que «la première semaine qui a suivi le lancement de la campagne de vaccination, des citoyens sont venus s’enquérir de la disponibilité du vaccin mais, malheureusement, le centre n’avait toujours pas reçu son quota». «Beaucoup de personnes âgées nous ont fait part de leur désarroi de n’avoir pu dénicher le vaccin antigrippal», a-t-il déploré.

«Priorité aux personnes âgées et à risque»

Si, pour l’heure, seules les personnes à risque sont prioritaires, une forte demande est constatée. Avec la propagation du coronavirus, et faute de vaccin anti-covid, nombreux sont celles et ceux qui souhaitent se faire vacciner même s’ils ne l’ont jamais fait auparavant. Les pharmaciens craignent de ne pas pouvoir faire face à la demande jugée très forte. «Depuis le lancement de la campagne de vaccination, on reçoit quotidiennement un nombre important de personnes voulant acquérir un vaccin. Mais le quota qui nous a été donné n’est destiné qu’aux personnes âgées et à risque», a indiqué Amirouche, pharmacien. «Malheureusement, les gens ne comprennent pas qu’on n’ait pas de vaccin pour tout le monde», a-t-il ajouté. Sur place, Mohamed, qui n’a pas caché son mécontentement, a fait savoir qu’il a dû faire le tour de la ville pour, enfin, acheter un vaccin antigrippal. «Même  avec notre argent, on ne peut pas avoir de vaccin. J’ai l’habitude de me faire vacciner ainsi que ma mère qui est une malade chronique. Mais là,  je n’ai le droit d’acheter qu’un seul vaccin», s’est exclamé Mohamed, la quarantaine. Un autre monsieur, la soixantaine, souffrant d’une maladie chronique,  se plaint : «C’est la troisième pharmacie qui me dit ne pas avoir encore reçu le vaccin. Il est introuvable. J’ai même demandé au centre de santé de la cité, mais le généraliste qui y travaille dit ne pas avoir reçu encore leur quota. Je ne comprends vraiment plus rien. Ils disent que le vaccin est disponible mais la réalité est tout autre.»

Rappelons que depuis le lancement de la campagne de vaccination, les spécialistes de  la santé recommandent aux personnes fragiles de se faire vacciner cette saison vu que circuleront parallèlement le virus de la grippe et le nouveau coronavirus. La principale crainte est que cette situation augmente considérablement le risque de mortalité et engorge les hôpitaux. Par ailleurs, il convient de signaler que, cette année, les malades chroniques ou les Algériens désireux de se faire vacciner contre la grippe devront acheter ce vaccin au prix de 1 400 DA, celui-ci n’étant pas remboursé par la Caisse nationale d’assurance sociale. En effet, la CNAS n’a pas inscrit le nouveau vaccin antigrippal de cette année sur la nomenclature des médicaments remboursables.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email