Le tronçon routier vers Draâ Ben Khedda : toujours en chantier – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Le tronçon routier vers Draâ Ben Khedda : toujours en chantier

Le tronçon de route Tizi Ouzou-ville – Draâ Ben Khedda, en dépit de la promesse faite au wali de livrer avant le 5 de ce mois, ne sera certainement pas livré à la date prévue. Il est même quasi certain que vu le rythme de travail mené jusqu’à présent par les entreprises mobilisées sur le terrain, sa livraison n’aura pas lieu avant le 20 juillet. 

En effet, seule la partie routière sise entre Tizi Ouzou-ville et Boukhalfa est terminée, soit seulement un tiers du tronçon routier concerné par la réfection est bitumé. En d’autres termes, entre Draâ Ben Khedda et Boukhalfa, les engins des travaux publics sont toujours à pied d’œuvre. A certains endroits, on est toujours à l’opération de décapage routier. A d’autres, on est à la pose du sable avant celle du goudron. Et lorsqu’on sait que la distance séparant Tizi Ouzou et Boukhalfa est de seulement 3 km et Draâ Ben Khedda de 11 km, il est facile de déduire arithmétiquement que le plus gros du travail reste à faire. 

En effet, il reste 9 km à bitumer. Il convient de noter que la circulation automobile sur ce tronçon de route qui reste à bitumer est un véritable calvaire pour les automobilistes non expérimentés ou ceux dont le véhicule n’est pas très solide. 

En effet, en gardant une petite voie dans les deux sens, les embouteillages sont incessants. La difficulté de circulation est aggravée aussi par certains chauffards. Quant à la présence policière ou celle de la gendarmerie, elle n’est que fictive. Pas l’ombre d’un policier ou d’un gendarme sur ce tronçon de route. La seule présence policière, laquelle rassure d’ailleurs le citoyen, se trouve à Boukhlafa, juste à côté de la gare routière. C’est un barrage fixe. 

Aussi, de nombreux automobilistes préfèrent faire un long détour pour se rendre de Tizi Ouzou à Draâ Ben Khedda, ou dans le sens inverse. Certains empruntent la voie de la Rocade Sud et d’autres empruntent celle passant par Sidi Naâmane. Ils préfèrent faire un long détour que de subir un embouteillage infernal, avec le risque de s’accrocher avec un chauffeur ayant les nerfs à fleur de peau.         

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email