-- -- -- / -- -- --
Sports

Le toit de l’Afrique désormais en point de mire pour Soustara

Le toit de l’Afrique désormais en point de mire pour Soustara

Les Rouge et Noir de Soustara tiennent enfin leur finale de la plus prestigieuse des compétitions continentales, qui leur a tourné le dos deux fois. D’abord en 1997 devant le Raja de Casablanca et ensuite contre la formation d’Eniemby du Nigeria en 2003.

Le rêve est désormais permis pour les Usmistes, bien lancés pour succéder dignement au tenant du titre de l’Entente de Sétif, et c’est tout à leur honneur . Un véritable exploit qui a commencé à prendre forme après cette éclatante victoire acquise en terre soudanaises et sur cette mythique pelouse du stade légendaire d’Oum Dorman, au match aller, remportant ainsi cette première manche (1 à 2).

C’est donc dans une ambiance de folie teintée de rouge et noir et sous une tension extrême que la formation usmiste, pourtant privée des services de son maître à jouer Beldjillali pour cause de blessure, a réussi le pari fou d’aller chercher cette place au soleil synonyme d’une finale de rêve que le club attend depuis sa création en 1937.

Un match nul vierge a donc suffi au bonheur des Usmistes et leur a procurer une joie indescriptible dans les rangs de toute la famille usmiste. Les camarades du gardien de but Zemmamouche ont peiné pour composter leur billet en finale devant une équipe d’El-Hillal, différente de celle du match aller. 

Soustara devra encore une fois une fière chandelle à son dernier rempart, le héros du match d’Oum Dorman, Zemammouche en l’occurrence. Ce dernier a été tout simplement époustouflant, évitant le pire à son équipe à la 85e minute. Le revenant dans les rangs des Verts a dû faire preuve de toute sa classe pour détourner un boulet de canon de Speed.

Pendant toute la seconde mi-temps, les Algérois ont dû se serrer les coudes et puiser au fond de leurs ressources pour éviter un scénario catastrophe. Soustara est en finale, et c’est amplement mérité tant cette qualification a été acquise à l’extérieur et dans la douleur. Les Rouge et Noir, sereins et méfiants, ont raté l’occasion de se mettre à l’abri et de rassurer tout leur monde par deux fois en première mi-temps, si ce n’était le brio du gardien soudanais-Maxime Luiz.

Le dernier rempart d’El-Hillal a dû sortir lui aussi le grand jeu à la 16e minute pour repousser par deux fois les essais successifs de Meftah et Aoudia et gagner un autre duel avec le dernier cité, à la 26e minute. Les Usmistes, sans faire de match parfait, ont réalisé l’essentiel en prenant rendez-vous avec l’histoire pour disputer leur première finale continentale.

Ils ont le droit de rêver avec un effectif pareil même si le coach Hamdi devra se passer de deux éléments clés pour cumul de cartons, à savoir Meftah et Andréa. Pour peu que le stratège Beldjillali soit d’ici-là rétabli de sa blessure et puisse tenir son rôle au grand bonheur de tous les Usmistes. A Bab El-Oued, Soustara , Bab Ejdid, Z’ghara, St Eugène et un peu partout à Alger, la nuit a été festive et cette joie indescriptible n’est pas près de s’arrêter.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email