-- -- -- / -- -- --
Culture

Le texte poétique pour la méditation et les rythmes pour le divertissement

Le texte poétique pour la méditation et les rythmes pour le divertissement

Le récital de Lounis Aït menguellet a fait sensation ce jeudi en soirée au théâtre de verdure de Ryadh El-Feth. Cet illustre chantre des monts du Djurdjura a été le moment fort du programme de cette cinquième édition du festival l’été en musique.

Le commissariat de ce festival avec à sa tête Maamar Genna a fait un magnifique et mémorable cadeau aux familles d’Alger en leur offrant gratuitement l’accès au récital de Lounis Aït Menguellet. D’habitude les concerts de ce grand poète, compositeur et interprète, sont payants mais ses fans inconditionnels sont prêts à débourser n’importe quelle somme pour assister au concert de leur idole.

C’est d’ailleurs un véritable évènement que le passage sur scène de ce sublime chanteur. Il subjugue les foules par ses textes poétiques créés pour la méditation et fait envoler les spectateurs par les rythmes puissants de sa musique, rehaussés par le bendir traditionnel.

Ce jeudi, Lounis Aït Menguellet a pratiquement, en plus de deux heures sur scène, révélé tout son répertoire avec les chansons de ses débuts, ses titres classiques ainsi que les chansons de son dernier album. Il a interprété, sur un air nostalgique, des chansons sentimentales de sa jeunesse. Il a aussi, bien sûr, chanté les vertus et les valeurs de l’amazighité.

Il a également interprété quatre titres puisés de son nouvel album. Parmi ces titres, l’un rend hommage à la femme en cinq couplets, le premier pour sa fille, le deuxième pour sa sœur, le troisième pour son épouse, le quatrième pour sa mère et le cinquième pour la femme en général. Il a terminé son concert en beauté dans l’enthousiasme et l’allégresse avec sa chanson fortement rythmée, « il part ,moi je reste » en souvenir de Slimane Azem en exil mais assoiffé de nostalgie. 

Le refrain de cette chanson a été repris en chœur par un public en or, un modèle dans la tenue comme dans la discipline. La cohésion étroite et cette complicité entre le public et l’artiste a fait prolonger d’une demi-heure le concert et encore plus, avec le temps dédié par cette vedette de la chanson amazighe aux familles pour une pour une photo souvenir. A l’entracte, son fils Djaffar a gratifié l’assistance par des chansons da sa création, paroles et musique. Djaffar accompagne son père dans son orchestre avec la flûte traditionnelle.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email