-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le système de géolocalisation (GPS) entravé

Le système de géolocalisation (GPS) entravé

Le projet de mise en place d’un système de géolocalisation en Algérie, initié par le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales est entravé par la découverte de dizaines de milliers d’endroits, lieux et sites non baptisés.

C’est la Directrice de la gouvernance locale au ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, Fatiha Hamrit, qui en a fait la révélation dans une déclaration à l’APS, indiquant que pas moins de 23 636 lieux, cités, rues et édifices publics à travers 23 wilayas du pays ne sont pas baptisés.

La responsable fait référence à un recensement visant à répertorier et numéroter tous les sites concernés pour faciliter la mise en place du système de géolocalisation (GPS).

Lancée en mai 2014, l’opération de recensement de tous les lieux baptisés et non baptisés « vise à donner une identité aux rues en Algérie et une adresse au citoyen, en plus de pérenniser la mémoire populaire, en accordant la priorité aux symboles et héros de la révolution algérienne et à des personnalités ayant servi l’humanité », a affirmé Mme Hamrit.

L’opération concerne également la débaptisation d’autres lieux qui n’ont pas de repères et l’adoption d’une nouvelle numérotation pour tous les lieux.

« L’adoption d’un système efficace de baptisation et de numérotation des rues est de nature à faciliter l’intervention rapide des différents services de secours, grâce au système GPS », a souligné la responsable.

Par ailleurs, la responsable au ministère de l’Intérieur a révélé que la couleur des plaques de baptisation et de numérotation sera unifiée (blanc et bleu) à travers l’ensemble du territoire national.
« Le recensement des sites sera finalisé fin juin 2015, à travers l’ensemble du territoire national, a encore déclaré Mme Hamrit. »

Celle-ci a insisté par là-même sur les dimensions socio-économique, culturelle et historique de l’opération.
Jusqu’au 1er mars 2015, l’opération a été finalisée dans hui (8) wilayas, relevant un taux variant entre 30 % et 80 % dans d’autres, selon un bilan sur l’état d’avancement de cette opération à l’échelle nationale.

Concernant les nouvelles appellations, elles sont proposées par l’APC avec la participation des citoyens, tandis qu’une commission de wilaya présidée par le wali ou un représentant valide celles à retenir.

S’agissant de l’adoption d’une nouvelle numérotation des rues et cités, Mme Hamrit a souligné que « chaque commune prend en charge la numérotation à travers l’élaboration d’un plan de numérotation à soumettre à l’APC pour validation ».
Enfin, la responsable a insisté sur l’implication des citoyens par les APC lors de la numérotation pour pallier d’éventuelles entraves. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email