-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le Syndicat des enseignants du paramédical menace d’une grève nationale

Le Syndicat des enseignants du paramédical menace d’une grève nationale

Le Syndicat national des professeurs d’enseignement paramédical (SNPEPM) a menacé de recourir à une grève nationale à partir du 4 novembre, si aucune suite satisfaisante n’est donnée par le ministère de tutelle à leur plate-forme de revendications.

Le bureau national du Syndicat national des professeurs d’enseignement paramédical, après concertation de sa base militante, a déposé un préavis de grève cyclique de trois jours par semaine renouvelable, à compter du 4 novembre, a indiqué un communiqué rendu public, dimanche.

C’est dans le cas où aucune suite satisfaisante n’est donnée par rapport à la plate-forme de revendications, déposée au niveau du ministère de la Santé.

Les professeurs d’enseignement paramédical comptent par ce débrayage attirer l’attention de la tutelle « sur la non-prise en charge de ces revendications, notamment, la prime de contagion élargie à tous les PEPM en activité, et qui demeure leur principale doléance.

L’appel à la grève intervient, selon le SNPEPM, après plusieurs rencontres avec le ministre et avec des responsables de différentes directions de la tutelle, dans le cadre de « commissions mixtes », et qu’aucune des « promesses » de la tutelle « n’a été concrétisée ».

Les revendications des professeurs d’enseignement paramédical restent sans suite. Les membres du syndicat expliquent dans leur déclaration qu’ils protestent contre « le mépris affiché par le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière concernant les préoccupations des professionnels du paramédical ».

Le recours à la grève, expliquent les professeurs d’enseignement paramédical, est une occasion pour réitérer de vive voix leurs revendications soumises à leur tutelle dans une plate-forme. Ces dernières se résument, notamment, en la prise en charge du dossier de titularisation des professeurs du paramédical stagiaires et l’ouverture des postes supérieurs.

L’autre doléance des contestataires réside dans « une reconnaissance pédagogique » de leur qualité actuelle. Les doléances du SNPEPM concernent également l’octroi des « primes d’encadrement des mémoires, la « formation des formateurs et des filières paramédicales » et les « statuts des instituts de formation ».

Décidés à faire aboutir leurs revendications, les membres du syndicat appellent à la mobilisation des sections de base pour l’organisation d’une grève nationale.

« Considérant le non-aboutissement de ses démarches entreprises jusque-là, le bureau national a décidé de déposer un préavis de grève, conformément à la réglementation », indique le communiqué du SNPEPM qui appelle « sa base militante » à « rester mobilisée pour faire aboutir ses droits ». Une conférence de presse est prévue « la veille de l’échéance ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email