-- -- -- / -- -- --
Energies

 Le « super » sera retiré des stations-services en 2021 

 Le « super » sera retiré des stations-services en 2021 
Les stations-services de Naftal ne serviront plus le carburant « super » à compter de 2021. C’est  ce qu’a annoncé Rachid Nadil président de l’Autorité de régulation des hydrocarbures, affirmant que l’on maintient seulement l’essence sans plomb.
Pour ce faire, les premières expérimentations  seront effectuées en mois d’octobre prochain.
« Le retrait de l’essence  super commencera à partir  du début de l’année 2021, mais  nous  envisageons  d’entamer les expérimentations en mois d’octobre avec des tests au niveau des raffineries  » a-t-il déclaré en marge d’une visite de travail vendredi effectuée avec le ministre de l’Energie à Annaba.
Evoquant les raisons de cette  décision, le président de l’Autorité  de régulation des hydrocarbures a  expliqué  qu’elles sont d’ordre  économique et environnemental, au vu de la décision du gouvernement  d’arrêter l’importation des carburants , s’ajoute à cela les effets néfastes que pourrait engendrer l’usage de ce produit  sur la santé publique  et l’environnement.
Pour sa part, le ministre de l’Energie, Abdelmadjid Attar, a estimé que la décision d’arrêter la commercialisation de carburant « super » rentre dans le cadre  des nouvelles  orientations économiques du pays, visant à réduire au maximum la facture des importations. Ce qui, explique le ministre, permettra d’économiser des sommes « non négligeables », qui seront destinées à des investissements dans d’autres projets, notamment ceux de développement et des infrastructures de base.«  Sonatrach a un projet pour traiter l’essence et produire un seul type de carburant  et l’étude est en cours. Cela permettra de réduire nos importations en matières de  carburants, d’autant plus que l’essence super et gasoil sont des produits importés  », a-t-il dit.
Il a, à ce titre, démenti les rumeurs portant le retrait de l’essence « super » des stations-services à partir  du premier octobre prochain.
Il est utile de rappeler sue le président de la République, Abdelmadjid Tebboune   avait  exhorté le gouvernement  lors de la Conférence nationale sur la relance économique,  tenue en août passé, d’interdire l’importation du carburant et huiles à compter de 2021. « À partir de 2012, il sera interdit d’importer ne serait-ce qu’un litre de carburant et  c’est valable pour le phosphate et autres matières premières. Il  faut que nous  valorisions nos  matières  premières », avait martelé le chef de l’Etat.

La facture d’importation de cette matière  est très salée pour l’Etat, qui  débourse des milliards de dollars, afin de satisfaire la demande nationale en la matière.

Ainsi, le gouvernement, compte sur les raffineries  que dispose le pays pour contenir les besoins  nationaux. Des travaux de rénovation et de réhabilitation ont été  engagés en 2011 dans toutes  les installations existantes.

Les raffineries de Skikda, de Sidi R’cine à Baraki (sud-est d’Alger) et celle d’Arzew  sont  censées renforcer leurs capacités de production, en sus de la mise  aux  normes  de leurs produits pétroliers.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email