-- -- -- / -- -- --
Nationale

Education: Le SNTE maintient la pression

Education: Le SNTE maintient la pression
© Illustration

L’engagement du ministre de l’Education nationale concernant la satisfaction des revendications des syndicats du secteur semblent ne pas les convaincre à mettre fin à leur mouvement de protestation déclenché en avril.

A l’instar de tous les syndicats de l’éducation qui ont renoué avec la protestation, le Syndicat national des travailleurs de l’éducation (SNTE) ne compte pas faire marche arrière et prévoit d’autres mouvements de grève, et ce jusqu’à satisfaction de sa plate-forme de revendications socioprofessionnelles.

Dans un communiqué rendu public ce mardi, le syndicat a lancé un appel à ses adhérents pour se réunir au niveau des wilayas du 6 au 8 mai, et ce afin de décider des mouvements de protestation dans les jours qui viennent.

Le SNTE a réitéré ses revendications socioprofessionnelles et pédagogiques, qui sont déjà sur le bureau du ministre de l’Education. La principale revendication de ce syndicat et du collectif syndical est «l’amélioration du pouvoir d’achat» des travailleurs de l’éducation nationale.

Le SNTE exige notamment, dans sa plate-forme de revendications, l’assimilation concernant la classification du rang de l’emploi au reste des catégories d’enseignants du secteur, à savoir les cycles moyen et secondaire, le réexamen des heures de travail des enseignants du primaire par rapport au temps de travail dans les cycles moyen et secondaire, l’application immédiate du décret présidentiel 266/14 avec effet rétroactif depuis 2014 ainsi que la réinstauration du système de spécialisation dans l’enseignement primaire.

Il convient de noter que les revendications du SNTE sont les mêmes que celles des autres syndicats. Ces derniers réclament une revalorisation des salaires avec une révision à la hausse du point indiciaire et réitèrent leur droit à la retraite anticipée et à la retraite sans condition d’âge après 32 ans de service, en sus de l’application immédiate du décret 14/266 avec effet rétroactif.

Ils exigent également de libérer le statut particulier propre au secteur. Sur le plan pédagogique, les trois syndicats réclament la révision des programmes et méthodes d’enseignement, l’amélioration des conditions de travail et de scolarisation, la réduction des volumes horaires ainsi que la dispense des enseignants du primaire des activités extra-pédagogiques.

Les syndicats appellent aussi à extraire les écoles du cycle primaire de la gestion des collectivités locales, tout en appelant à consolider les budgets des établissements de l’enseignement moyen et secondaire.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email