-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le SNAPAP de Constantine hausse le ton

Le SNAPAP de Constantine hausse le ton

Le Snapap a tenu une conférence de presse au siège de son bureau de wilaya pour rendre compte des rapports établis ces dernières semaines par ses différentes sections faisant part, au demeurant, de son intention de lancer des actions de protestation dans les wilayas de l’Est. En marge de la rencontre, le secrétaire général de wilaya de la représentation syndicale a annoncé qu’un conseil de wilaya se tiendra jeudi prochain afin de statuer sur la méthode à adopter pour mettre fin à la gabegie qui gagne depuis des semaines plusieurs institutions. Les Beaux-Arts, l’université, la Das, la Duc autant de secteurs où la communication entre responsables et employés est quasi absente et qui s’est traduit ces derniers jours par des grèves et des sit-in. La crise qui secoue l’institut des Beaux-arts semble s’éterniser.

Les travailleurs avaient observé plusieurs sit-in pour exiger le départ du directeur de l’institut accusé de pratiques despotiques, de favoritisme et de violence verbale et même physique envers ses subordonnés, ce qui avait contraint le département de la Culture de dépêcher, l y a une dizaine de jours, une commission pour tenter de calmer les esprits. Peine perdue à en croire la montée de la contestation et le refus des travailleurs d’abdiquer avant le départ pur et simple du premier responsable de l’Institut. Au niveau de la DAS, le syndicat relève une tentative de la première responsable d’obstruer l’activité des représentants des travailleurs. Il a été précisé au cours de la conférence de presse que deux réunions tenues en présence de représentants du ministère ont été vaines, puisque, est-il noté, les mêmes pratiques restent légion. Des pressions sur les adhérents et même des membres du syndicat par la direction « refuse, malgré les instructions ministérielles, toute voie de dialogue ». Il en est de même à l’université Constantine2, où un dialogue sérieux entre travailleurs et responsables reste quasi-inexistant. Les syndicalistes pointent le secrétaire général de l’université comme étant le principal obstacle.

La formation syndicale accuse l’administration de l’institution universitaire d’obstruer le travail syndical en refusant de faire preuve de transparence notamment dans les promotions des travailleurs, les activités des œuvres sociales puisque, est-il précisé, le président des OS refuse de leur fournir les bilan moral et financier de son organisme. D’autres problèmes ont été relevés, à l’exemple de ceux rencontré par les syndicalistes au niveau de la direction du logement la DUC. Le directeur de cette dernière aurait usé abusivement de ses prérogatives pour sanctionner des travailleurs, faisant fi des procédures réglementaires. Le syndicat relève en outre le mutisme affiché jusque-là par les autorités locales à leur tête le wali de la capitale de l’Est, lequel « semble feindre d’ignorer leurs sollicitations ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email