-- -- -- / -- -- --
Lifestyle Santé

Le rôle du Pharmacien et la gestion de la communication vers le Public

Le rôle du Pharmacien et la gestion de la communication vers le Public

Le développement d’une catégorie de médicaments à prescription non obligatoire est devenu un enjeu socio-économique sur tous les continents, a indiqué M. Michel Haubursin consultant pharmaceutique, lors du worshop organisés par le laboratoire Sanofi, en marge de la 18e édition du Forum pharmaceutique internationale (FPI18) qui s’est tenue à Alger .

Sous le thème, « Pour une transition réussie du médicament prescrit et remboursé vers l’otc : le rôle du Pharmacien et la gestion de la communication vers le public », M. Michel Haubursin a noté qu’« Un produit doit être conseillé dans une indication précise, et la publicité doit obligatoirement respecter ce qu’il y’a dans la notice.

« En permettant à un plus grand nombre de patients d’avoir un accès direct aux traitements, et aussi en per- mettant une réallocation des moyens disponibles vers des pathologies plus lourdes grâce aux économies ainsi réalisées, a expliqué le conférencier, tout en précisant que

« Ceci passe bien sûr par l’implémentation de certaines mesures et la création d’organismes chargés de superviser correctement la mise en place d’un tel statut.

Parmi ces initiatives, les prin- cipales concernent l’éducation et la communication adéquates vers le grand public et l’impli- cation du pharmacien comme premier interlocuteur pour ce qu’il est convenu d’appeler une automédication respon- sable.

« Les autorités algé- riennes ont la possibilité de s’inspirer de ce qui s’est pro- duit entre autre en Europe afin de mettre en place cette nou- velle catégorie de médica- ments de façon efficace et har- monieuse », a-t-il fait savoir.

Michel Haubursin, consultant parapharmaceutique, avec 30 ans d’expérience dans diffé- rents laboratoires, est adminis- trateur à BACHI qui est une association belge qui regroupe les entreprises de l’industrie des médicaments en vente libre et des produits de santé vendus en pharmacie. « Elle a pour a comme mission de représenter les firmes qui y sont affiliées et de défendre leurs intérêts communs.

L’ob- jectif principal de BACHI est de stimuler la mise en place d’un climat social et politique favorable pour l’automédica- tion, où le patient-consomma- teur occupe une position cen- trale », a expliqué le conféren- cier.

« BACHI met tout en œuvre pour que soit reconnu le rôle socio-économique des pro- duits de santé en vente libre, en tenant compte de l’intérêt de la santé publique, des professionnels de la santé et des firmes membres de l’associa- tion », a-t-il précisé.

Cette 18e session du Forum pharmaceutique international qui a vu la présence de plus de 3 000 professionnels des secteurs de la santé et de l’indus- trie pharmaceutique représentant plusieurs pays du conti- nent africain et d’ailleurs est organisée par l’Inter-ordre des pharmaciens africains (IOPA), l’Intersyndicale des pharma- ciens africains (ISPHARMA ), l’Association des Centrales d’achat des médicaments essentiels (l’ACAME), ainsi que les Directions de la phar- macie et du médicament (DPM) des Etats participants.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email