-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le retour de la pluie réjouit les Algériens

Le retour de la pluie réjouit les Algériens

Les précipitations de ces dernières quarante-huit heures au nord du pays ont laissé transparaître une toute petite lueur d’espoir chez les fellahs, administration et même simples citoyens qui, face à la rareté des bienfaits de l’hiver, ont fini par ne plus être insensibles aux craintes des uns et des autres.

Avec une légère baisse de température entre 10 et 12 degrés, loin des pics glaciaux des années précédentes où le thermomètre pouvait afficher des températures en dessous du zéro, la pluie et le mauvais temps ont donc repris timidement leur droit, rappelant que l’on est bel et bien en hiver.

Face à la rareté des précipitations, les Algériens ont fini par s’accommoder des températures de ce mois de février où dans certaines régions, le mercure n’a guère baissé sous la barre des 20 degrés, augmentant la crainte d’un difficile proche avenir aussi bien pour les récoltes que pour les besoins des bassins et autres barrages. 

Bien que face aux prévisions pessimistes quant à la compromission de la moisson, des spécialistes ont plutôt écarté le scénario catastrophe, et les menaces sur les réserves hydriques, l’annonce en grande pompe par le ministre en personne d’un taux de remplissage des barrages qui avoisinerait les 70% mettrait à l’abri les Algériens pour les trois prochaines années.

Alors que, jadis, en cette période l’hiver après avoir déversé l’essentiel de ses réserves hydrique au mois de janvier, s’essoufflait et laissait filer entre ses stratus et autres cumulus ses dernières précipitations à la fin du mois de février, l’avidité de cette année, a plutôt laissé tout le monde sur sa faim.

Fellahs, citoyens et même autorités n’ont eu de cesse de qualifier « l’avarice du ciel » cette année d’exceptionnelle. Au nord du pays, sur les villes côtières et proche côtières où les fellahs ont quelque peu été gâtés par le ciel ces dernières quarante-huit heures avec un timide « arrosage » des récoltes, on ne désespère point et l’on s’attend que le BMS de météo Algérie pour cette fin de semaine leur fasse écarter définitivement les craintes d’une compromission de la saison.

A Constantine, si pour les agriculteurs de la région de Aïn Abid à l’est de la wilaya, dont les cultures sont à dominance céréalière, les espoirs commencent à décroître avec l’hiver qui s’essouffle, un propriétaire terrien de la commune de Hamma Bouziane, versé dans la culture des arbres fruitiers, reste plutôt optimiste.
Ses arbustes que l’arrosage en appoint suffit à désaltérer seront sauvés cette saison, dit-il.

Même les petits constantinois jadis gâtés par la neige en cette période, sont restés sur leur faim et continuent d’attendre. Le bulletin météorologique annonce des chutes de neige sur les hauteurs avoisinant les 700 mètres. Constantine est à 600 mètres.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email